Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 30 avril 2006

Sans-naissance

J’appelle sans-naissance la naissance
Non causée de toutes choses,
Lesquelles ne sont ni êtres ni néant
À l’écart de la discrimination et des idées.

 

Lankâ, X, 22 

Commentaires

Une voie qui peut être tracée n'est pas la Voie éternelle:le Tao.
Un nom qui peut être prononcé, n'est pas le nom éternel.
Sans nom, il est l'origine du ciel et de la terre.Avec un nom, il est la mère des dix mille êtres

Ainsi, un non désir éternel represente son essence, et par un désir éternel il manifeste une limite.

ces deux états coexistent inséparables, et diffèrent seulement de nom.

Pensés ensembles: mystère! Le mystère des mystères!!

C'est la Porte de toutes les éssences.


Tao Te King

Écrit par : mushotoku-nad | dimanche, 30 avril 2006

@mushotoku-nad

Qu'a t'on besoin de l'éternel?

Écrit par : leblase | lundi, 01 mai 2006

L'éternel est le pas au-delà qui dépend et ne dépend pas de nous .

Écrit par : . | lundi, 01 mai 2006

Chers,
Le premier chapitre du "Tao-tö-king" est proprement intraduisible. Encore un miroir des désirs.
L'éternel ? N'est-ce pas un nom du Dieu des Armées ?
Le besoin ? N'est-ce pas l'éternel moteur de toute action ?
Le désintéressement n'est pas mal non plus.
Connaissez-vous le "kairos" ? C'est le "bon moment", hors duquel, même la sagesse est idiote.
Bonne Fête du Travail !

Écrit par : nonihil | lundi, 01 mai 2006

L'oiseau de la liberté ne peut pas revenir en arriere; il ne passe qu'une seule et unique fois dans le crée..
A chaque fois qu'il passe...

Écrit par : Danielle | lundi, 01 mai 2006

Une question : le premier chapitre du Tao-tö-king est intraduisible, mais est-ce que les Chinois peuvent le comprendre ?

Écrit par : Cyp | lundi, 01 mai 2006

(Ma foi, la definition du dictionnaire , pour éternel, c'est "hors du temps...":-)..le mot ne me pose pas de problèmes...)

J'ai effectivement lu que le tao te King etait trés difficilement traduisible....

Écrit par : mushotoku-nad | lundi, 01 mai 2006

On ne revient pas du pas au-delà du temps, du gagnage de l'éternité, qui est pourtant retour .

Écrit par : . | lundi, 01 mai 2006

j'ai lu que pour le comprendre, et pour comprendre les "ecrits sacrés" chinois, il fallait avoir une pensée globale, et que chaque glyphe ne prenait son sens que dans cette appréhension là...
Et qu'ils étaient effectivement le mirroir du niveau de conscience de ceux qui les abordaient...y compris chez les chinois.Pour preuve, parait -il, les traductions et interprétations tres differentes...

mais bon....:-)

Écrit par : mushotoku-nad | mardi, 02 mai 2006

Le "Daodejing" est superbe dans ses ambiguïtés.
Les Chinois, pas plus que les Français et les Papous, ne le comprennent puisque, jusqu'à preuve du contraire, ce livre n'a pas de sens autre que celui que chaque "secte" (plutôt que chaque individu) lui donne. Il y a plus d'une centaine de traductions occidentales de ce texte : chacune, plus maligne que toutes les autres, ajoute ses bêtises aux bêtises déjà accumulées. Mais qui suis-je pour toujours critiquer ? Je n'en sais rien et cela n'a pas d'importance. Je ne critique pas. Je préviens. Un jour que je me plaignais de verrues mal placées et récalcitrantes, je me suis offert un "Manuel de virologie générale" en pensant, avec quelle innocence idiote, que je trouverais la solution à mes problèmes en deux temps et trois mouvements... Tu parles, Charles... Je suis guéri, certes, mais la "virologie", ça me passe vraiment au-dessus...
Bizzz à tout le monde et à bientôt j'espère un océan d'opinions, de poèmes, de beauté, de force, de laideur et de faiblesse --- le monde, ses poubelles et ses jardins...
Le Daodejing est un manuel de virologie générale que personne (sinon ceux qui le connaissent déjà, les grands généraux virologues) ne peut comprendre.

Écrit par : nonihil | jeudi, 04 mai 2006

Les commentaires sont fermés.