Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 juillet 2007

Au Jardin de Saraswati

6799f756a7e85948be4d345008dd8376.jpg

Commentaires

Vraiment,,le gardien à un sourire qui ne trompe pas.
"C'est Ton ami ou c'est Notre ami?"Demandent les truands de la Dream- Team,quand quelqu'un se pointe accompagné, au comptoir des rades troubles.Lui, à n'en pas douter,est un ami.Je lui confirai sans souci mes clefs.
C'est drôle,justement, hier,j'ai échangé des clefs avec Marianne, une voisine chanteuse d'opéra comique, ou lyrique , je ne sais plus. Les clefs sont semblable comme deux gouttes d'eaux mais, une à un porte-clef avec un chat noir,l'autre avec une pelotte de laine,comme pour jouer .Et le plus marrant, c'est que la clef-chat ouvre mon atelier pour les ouvriers qui doivent réparer mon dégat des eaux ce week-end (ouf,il était temps,je commencais à rèver que mon plafond-plancher s'écroulait),et la clef pelotte de laine,c'est pour que Marianne puisse nourrir les chats d'une copine qui s'appelle C.Dupuis...Vous n'y comprenez rien?Si ça peut vous rassurer, moi non plus,je parle comme une d'jeuns.
Mais c'esti pas épatant et de bonne augure quand même?
Hier soir à tourner autour du camp de concentration ,je repensais à cette histoire crapoteuse, je vous l'accorde, de grappe...Je me disais qu'au moins les filles qui n'en ont pas, on peut pas les attraper par là.A moins que, comme dans la chanson des Ritas, elles soient si maigres...Alors en constatant que j'avais un peu maigri, je me suis souvenue d'un rève, au métro Strasbourg St Denis,où ni mère ni grand mère,ni pute ni soumise ,je me carapatais a l'aide d'un complice amoureux, en faisant mine que j'allais aux douches, sur des vers de Cyrano ,que récitait mon père comédien.Et je me suis dit que ça me ferai pas de mal d'aller me requinquer à Montpellier.Mon patère m'a dit que le 13 on irait manger des moules à la provencales au village fortifié qui porte un nom à ne pas coucher dehors.Faut pas perdre le Nord.Et gare à ceux qui voudraient m'y attrapper par là, ou je leur envoi Ferrara,et ça va chier des bulles! Toujours rien?Moi non plus.Mais quelque chose me dit que la prochaine fois que tu tires ta langue sous les bambous à Belleville sur eau,préviens moi, je mettrais ma capuche et fermerai la radio(ou pas..).
L'expo est complètement foireuse? J'en suis sincèrement désolée ,fallait peut-être choisir un autre vase...Moi en tout cas,à la foire du trône,oh,la,la,
montagnes russes, Yahoo!J'en suis complètement boulversé.Heureusement, il y a le taf!
Sinon P.H notre ami m'avait prévenu:"Quand on cherche et qu'on ne trouve pas c'est un signe du Grand sceau."Le tout est sans doute de ne pas se tromper de Sceau..
Ca m'évoque un vase de terre,de rien, déposé dans une une Galerie de nulle part, enfin un truc dans genre.Et aussi une devinette pour une fois perso, entendue comme en rève au Jardin des Plantes à Paris:
"Quelle est la couleur originelle du caméleon".Mais on n'apprend pas au vieux singe à faire la grimace.Moi j'y connais rien du tout.
Eh,taulier! ça vous plait comme cuvée?Non?Ben, tant pis,je ne suis pas vexée,c'est pas moi qui régale.
Ca sent la faim.J'emporte mon stylo ,mes squeds(en d'jeuns=disque)et monordikibug,je suis entrain d'apprendre l'anglish aussi,et chez mon vieux même si y' a pas d'arc- en- ciel avec se temps pourri ,y' a toujours des ondes.
Anarchie Vaincra!.
Des puces sur une plante bien verte.. c'est vrai.Elle ressemble à une joubarbe.
XXX d'amor et même sans balise j'irai peut-être à Bali la balèze, pas à Ste Anne ni à Fleury,avec leur aide et la tienne.
Justement! il faut que je les fasse,mes valises,avec mon linge salle du coup, je ferai ma lessive là-bas,tranquillement.
Vraiment désolée pour le mariage Hendrix,Rita,un peu déséquilibré peut-être comme son,non?
Allez,allez, Josephine, je ferme les yeux, j'envoie la sauce.On rira bien quel goût ça aura.

Écrit par : Elise | mercredi, 11 juillet 2007

Finalement ,j'ai été au lavomatique,en remontant je me suis rendu compte que j'avais laissé mes clefs sur la machine,je suis redescendue les chercher,pour une fois je te dirai pas qui y'a sur mon porte clefs,mais ça m'a fait bien rire.. Bon c'est l'heure du casse croûte je vais me faire un sandwich au gouda je crois.@+

Écrit par : Elise | mercredi, 11 juillet 2007

Ah ! Les porte-clés, quel poème !
Les miennes de clés viennent d’hériter d’un criquet 44, j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux, et je le fais marcher dans la galerie marchande en allant faire mes courses, comme si de rien n’était : c’est pour les dealers du coin, ça les réveille de leur ensuquade et les remet à l’affût, et moi ça me détend beaucoup.
Et puis Aigues, c’est le rêve d’un homme qui rêve de faire de la sculpture, c’est plein de courants d’air comme ses rendez-vous sans lendemain cette histoire.
Bon séjour à Montpellier, Elise, –8 ans pour moi-, je vais m’écouter –encore- Pascal Comelade pour la peine et hommage.

Écrit par : Véa | mercredi, 11 juillet 2007

Si les mouettes ne comprennent plus le language des oiseaux,qui puis-je?
Mais finalement je plaide coupable.Je ne suis claire pour personne ,pas même pour moi.Je nage entre Dream-team et Clear-stream lieux propices aux métamorphoses,pas aux petits rencards foireux.
Ca ne se fait pas dans les endroits public normalement,c'est risqué.Mais je ne l'ai pas vraiment voulu.Tu vois que je ne suis pas formidable!
Alors ,de grâce Véa, sois Maha -acceuil ,où bien PPFFIT! Je change de brasserie,chassée par des regards gatifs .Quelqu'un le souhaiterait-il?
Et :Quand on cherche et qu'on ne trouve pas ,c'est un signe du Mahamoudra.

Écrit par : Elise | mercredi, 11 juillet 2007

Véa! Vous êtes une puissante Magicienne!
Avant de dormir, j'ai lu au pif une petite instruction essentielle à propos d'un embryon de mirroir, qui de vide et parfait devenait seau d'alaya trop plein.
En rève, je reviens à l'instant d'un rdv avec un courant d'air, c'était little wing qui me signifiait une coquille de "sois" à "soi"...
En jouant à chat inconcéquente, dans le labyrinthe de la galerie marchande ,je ne marche pas, je cours parmis les mirroirs déformants qui me font la grimace.
C'est que j'ai le cerveau lent.
Le gatif c'est pas les autres,pas plus que vous n'êtes autre que ma propre perception,on dirait...
Quand je cherche et trouve n'importe quoi, vaudrait mieux que j'aille vider mes sottises !
Hommage ô Saraswatiii!
Si sattva,ça me bodhi .
Bon week-end à toi aussi.

Écrit par : Elise | jeudi, 12 juillet 2007

Mes amis,ce que j'ai entendu ce matin sur france culture,dans Eloge du savoir,sur la TRADUCTION,me fait craquer de toute part...SVP ECOUTEZ et ouvrez grand vos coeurs ,c'est du diamant...
Triple sceau

Écrit par : Elise | jeudi, 12 juillet 2007

Et finalement,pourquoi cette sotte, racontrait sa vie?Malgré mon envie, toute neuve, de tout raconter?
Car si il n'y a rien,la nature ici est si claire et la langue si infiniment variée que je commence à n'en plus pouvoir...
Mais ,quand même je ne résiste pas .

A Viols -le -fort je capte encore mieux la wifi!
Ce matin au marché de Gange,une marquise folle m'a taxé une JPS et m'a raconté sa vie.Elle sortait de 9 ans d'HP,une copine, en quelque sorte, accidentée de la vie.On a causé un peu, elle a finit mon verre de menthe à l'eau et soudainement inspiré a poussé la chansonnette.
Une chanson de Fréhel:"Du gris", à écouter sans capuche.
Du coup je lui est fait la bise,à la marquise,malgré les poux ,qu'elle avait nombreux,mais c'est bien la moindre des choses que d'attrapper des poux à Gange (Ca t'as pas gratté la tête?).
Sinon demain 14 juillet,nous sommes invité, mon père, tétraplégique et moi , tête à gratter, à un mariage à St-laurent- le- Minier,où coule en cascade la VIS.
Le Maire en prévision de l'assemblée nombreuse, a décidé de présider la célébration dehors.Mais c'est pas prévu dans les lois de la république ça Messieur! Alors pas sectaire le Maire,et habile, il sortira la Marianne prendre l'air avec nous!
Dans le sud quel liberté! Nathalie, la future mariée, a pensé lui confectionner une guirlande de fleurs pour l'occas.(à la Marianne).
Je devine déjà le chant et le parfum de cette foule,et me réjouis finalement, moi qui ai toujours fui les mariages.
Je ne pense pas pouvoir raconté cette histoire là.C'est déjà fait.
Une histoire ,sans commencement ,ni fin,racontée mille et une fois,de A à Z dans toutes les langues bien plus limpide que mon gargoulli .Mais si un Fedeli de amor veut chanter encore sa vie, vue de sa porte, avec ses propres clefs, beaucoup de chats mais sans clef-chat, j'en serai enchantée ,com d'hab.
Pourvu que les coquilles soient bien ouvertes... comme la moule à tonton Cyp.
A demain donc!
PS :Sarko n'étant pas prévu dans les lois du mariage, il restera encadré dans le bureau du Maire,pas d'inquiétude, il ne peut pas être partout et dans le non-où en même temps!
XXX

Écrit par : Elise | samedi, 14 juillet 2007

Au mariage de Patrick et Ly, Chirac affichait encore son sourire de VRP sur le mur.

Qu'est-ce que c'est bien d'écrire au lit !
Et qu'est-ce qu'on est bien dans le Sud.

Écrit par : cyp | samedi, 14 juillet 2007

Feu d'artifice du 14 juillet à Montignac.
Joli bouquet dommage final.
Bon mariage, Elise !
Bonne écriture au lit, Cyp !
Le Sud est une aubaine.

Écrit par : Patrick | dimanche, 15 juillet 2007

Entendu

Écrit par : Elise | dimanche, 15 juillet 2007

Pleins feux d'artifices de ma tour, c'est l'avantage d'habiter un dernier étage haut haut haut et d'avoir alors la vue dégagée et la Tour Eiffel toute entière à soi, scintillante chaque soir. Mais c'est pas forcément une aubaine d'habiter au Luth. Enfin, tout va mieux depuis qu'ils ont trouvé la solution, comme raser l'immeuble d'en face.
Faut dire qu'on y a vu des machines à laver et des frigidaires tomber des étages sur les bagnoles de flics, et quelques uns se faire griller dans leur sous-marin in-dé-tec-ta-ble. Ça c'était avant. Avant qu'ils n'envoient le problème se faire voir ailleurs. Maintenant tout le monde attend le métro, on rallonge la ligne, et Paris se rapproche qu'ils ont écrit en grand.
D’accord.
Du coup je me dis que ce n'est pas si mal d'habiter chez les cocos. Il parait même qu'avant c'était le filon idéal pour les étrangers. C'est ce qu'on raconte. Qu'on pouvait prendre sa carte au PC et qu'on était sûr d'avoir un appart dans les 3 mois.

Écrit par : Véa | dimanche, 15 juillet 2007

Bon bon bon, message pour little wing :
merci tant pour tes bons voeux, et de la petite pluie qui stimule la pousse des graines.

Écrit par : Véa | dimanche, 15 juillet 2007

Sinon toutes mes excuses, je me suis mise à ragoter là, emportée par une vague à deux balles -de colportage.
On dit, on raconte, on croit. On débilise, on se débilise. On discrédite. Qui vérifie quoi et de moins en moins souvent.

Écrit par : Véa | lundi, 16 juillet 2007

Je suis vraiment sotte et sans vertu.
J'avais pas écouté les noms des chats de C.Dupuis.
A vélo, on outrepasse le code de la route sans même s'en rendre compte.La vitesse grise en descendant de Belleville à Bastille.
C'est qu'après l'atelier je suis pressée de rentrer chez moi.
On va finir par m'en coller une...Je m'en fiche se sera pour son bien qu'il dit.Bien de qui? Eh bien, de rien.

Écrit par : Elise | lundi, 16 juillet 2007

Mon grillon et mon criquet ont pris un sacré coup de fly-tox. Je les passe en chambre de décontamination du coup.

" Dans le bâton de l'aveugle
s'est niché
un grillon "

C. Abaluta

Écrit par : Véa | lundi, 16 juillet 2007

Je rame
je rame
et le courant
me dépasse

Écrit par : Patrick | mardi, 17 juillet 2007

J'te vois bien dans ta barque
Patrick
dans le bambou des rames
y a des grillons demi-gazés
qui rêvent d'un rivage
et d'herbes tendres

Écrit par : cyp | mardi, 17 juillet 2007

Salut Cyp, Pat. et tout le monde. Merci Véa pour la petite pluie qui stimule les pousses.. afin que l'inspiration coule dans nos veines, que nos soucis vivent une longue éclipse, le temps qu'un arc-en-ciel traverse la bruine et
que l'air réagisse et reprenne son caractère vivifiant.
Je pense à toi lorsque la ville étouffe mais aussi quand la nuit approche et que tu respires enfin.
Vivons au mieux cette chose brêve, comme un clin d'oeil.
Patrick, j'ai des nouvelles un peu tristes de la Centrafrique, je crains que nous ne puissions jamais y retourner, du moins pas avant un siècle. Le temps que les blancs comprennent que l'assistanat à tout prix, et la pitié qui caractérise le blanc, auront été pires que la peste et le sida réunis.
Il en va ainsi de l'éducation des enfants, assistés comme s'il s'agissait d'handicapés. Combien se retrouvent ainsi complètement démunis quand on les lâche brutalement dans la nature. Je pense qu'il existe des mères qui ne souhaite pas tant que cela que leur enfant soit autonome et n'ait surtout plus besoin d'elles, ce serait dramatique pour celles dont le rôle est essentiellement de soigner, inlassablement, et nourrir.
Je viens d'apprendre, Patrick, que les chutes de "Boali" sont presque à sec, et cette énorme masse d'eau et le spectacle incroyable auquel nous avons eu droit, n'existe plus.
La sécheresse fait très peur, j'en ai le gosier qui s'assèche brutalement. Bref le désordre est total dans ce pays où tu sais à quel point je suis resté attaché.
La période de Bokassa, avant 1975, avant la crise paranoïaque aiguë de l'empereur, aura été la plus belle dans l'histoire des centrafricains.
Je connais toujours par coeur l'hymne national centrafricain(au berceau des bantous) car tous les lundis, au petit matin, un élève du lycée envoyait les couleurs, on chantait l'hymne et on proclamait les devises du pays.
Quelle ambiance!

Écrit par : little wing | mardi, 17 juillet 2007

Les commentaires sont fermés.