Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 12 octobre 2007

Autrement qu'être

60ba4435b4c56c2e579ca0e57503733b.jpg

Commentaires

Regarder
un deux trois
nous n'irons plus ou moins au soi
Respirer
quatre cinq six
cueillir force friandise *

* friandise comme une amande de ginkgo grillée

La feuille de cet arbre
Qu'à mon jardin confia l'Orient
Laisse entrevoir son sens secret
Au sage qui sait s'en saisir.

Serait-ce là un être unique
Qui de lui-même s'est déchiré ?
Ou bien deux qui se sont choisis
Et qui ne veulent être qu'un ?

Répondant à cette question
J'ai percé le sens de l'énigme.
Ne sens-tu pas d'après mon chant
Que je suis un et pourtant deux ?

Goethe - Heidelberg, 24 septembre 1815

Écrit par : Véa | samedi, 13 octobre 2007

autrement ?

prom'être ?

Écrit par : le bateleur | dimanche, 14 octobre 2007

Ni l'être ni le ne-pas-être, un peu comme Emmanuel Lévinas en parle dans son "Autrement qu'être ou au-delà de l'essence". La fleurette, ci-dessus, "est" certainement, mais autrement que sur le mode d'être des "essentialistes" (racistes, etc.).
-> Commentaire vaguement répété parce qu'on m'a fait le coup de l'antirobot...

Écrit par : Patrick | lundi, 15 octobre 2007

Non, ne pas être comme d'habitude tout en évitant le non-être.
L'idée vient d'Emmanuel Lévinas (voir, par exemple, http://www.magazine-litteraire.com/archives/ar_419.htm).
La fleurette, ci-dessus, le dit mieux encore : elle me dit qu'elle "est", mais que son "être" n'a rien à voir avec l'"être" tel que les "essentialistes" (racistes, etc.) voudraient nous l'imposer.

Écrit par : Patrick | lundi, 15 octobre 2007

Un deux,un deux...
niet,niet
trois , quatre, cinq

"La rose est sans pourquoi
elle fleurit parce qu'elle fleurit
ne prend soin d'elle même
ne regarde pas si on la voit "

Angelus Silésius

Puissions nous l'acceuillir
regarder sans scruter
voir sans l'avoir
cet inconcevable...

La traduction du poème est de Roger Munier,je crois,qui vers la fin de sa vie de méditant observait que même la rose était de trop...
C'est trop fort pour moi mais je l'offre à notre méditation ,puisque le silence? connais pas.

ps:c'est quoi l'anti-robot?

Écrit par : elise | lundi, 15 octobre 2007

Salut chère Elise !
Bien la rose !
L'"anti-robot", c'est quelques lettres et chiffres sur fond brouillé que l'être humain doit recopier parce qu'aucun robot ne serait capable de le faire. Pour empêcher les robots d'envahir (de spam) les gentils forums et autres gentilles fenêtres à commentaires.

Écrit par : Patrick | lundi, 15 octobre 2007

Au sommet de la tige
sa grâce s'élève

Penchée sur le vide
ses ornements fleurissent

Un apprenti jardinier
un oeil cultive.

Écrit par : Véa | mardi, 16 octobre 2007

Culture de l'oeil.
Jardin de sciences.

Splendeur des ornements :
leur vide.

La sève de la grâce
remodèle les tiges
en firmaments.

Écrit par : Patrick | mardi, 16 octobre 2007

Les commentaires sont fermés.