Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 octobre 2007

Etats d'âme

290d88d98ca0317e3cb70555a308c169.jpgQui n'a pas d'états d'âme ? De vilains états d'âme ?
Qui n'est pas fasciné par la mort, la sienne, celle des autres ?
Plutôt que penser aux horreurs de l'infection, inventons les antibiotiques.
La compassion, belle inconnue, me fait tellement défaut.
L'amour est épuisant, quoique moins que la haine et le ressentiment.
J'aimerais tellement rire comme je riais avant, tellement inconscient.
Mais ce n'est pas non plus la conscience qui me fronce les sourcils,
qui me tord le ventre : c'est le vieillissement, peut-être,
la lassitude. Plus rien de ce qui m'amusait ne m'amuse.
Le plaisir me fait si mal que j'en ai peur, et pourtant, quelle beauté
que la bonté, la grandeur, le désintéressement. Il est vrai que Nâgârjuna
me donne d'agréables frissons dans le râchis : il me permet de croire,
non, d'arrêter de croire... Il me permet tout. J'aimerais vivre assez
pour... Pour quoi ? J'aimerais tellement retourner à Bali. J'aimerais tellement
aller jusqu'au bout de ce roman-confession qui me court par la tête
en ce moment, quand je planche sur de la copie banale, de l'affreuse copie
pour "correcteur". Nous venons de recevoir le troisième et dernier volume des "Perles d'ambroisie" de Kunzang Palden -- plus de 400 pages, l'animal ! Et nous avons envoyé une nouvelle traduction du "Bodhicaryâvatâra" de Shântideva chez l'imprimeur. Je vais donc pouvoir me consacrer -- essentiellement -- aux "Stances de la Voie médiane" (Salut Elise !). Quand je dis "nous", je pense à Ly, ma douce, qui met tout ça en page, et à moi, le traducteur. Il semblerait même que je vais passer trois mois par ans sur le "Gandavyûha" ("L'entrée dans la Dimension absolue"), le 39e livre du "Soûtra de l'Avatamsaka" (le "S. des Ornements de splendeur") : 1260 feuillets à partir du chinois, plus, certainement, à partir du tibétain -- je vais le traduire du tibétain en faisant des comparaisons avec le chinois (Buddhabhadra, Shikshânanda et Prajña -- surtout ce dernier, dont la trad. est encore plus détaillée que les autres, avec tous les noms sanskrits en notes de bdp dans le Taishô...). Il me faudra quatre saisons. Dans 4 ans donc, si Dieu me prête vie jusque-là, on aura du pur visionnaire à se mettre sous la dent. Et un ou plusieurs romans... Je suis toujours aussi passionné par le terrorisme, je veux dire, par ce qui peut se passer dans la tête d'un méchant terroriste. En ce moment, j'invente, sur beaucoup de documents réels, le personnage de Nazir Mustafa T., le "calife de la terreur pancosmique", et ça grouille de scolopendres nucléaires dans mon usine à phrases. Mais je dois relire K.A., et peut-être encore C.B. : ça m'emmerde franchement, mais le travail, vous comprenez. Et ce gros texte de Dudjom R. sur les Préliminaires de "L'Essence du Coeur de la Dâkinî". Bref, même plus le temps d'avoir des états d'âme. Juste continuer de me désintoxiquer, comme vous le savez... Sinon, j'ai un commentaire du "(Tantra du) Choral du Nom de Mañjushrî" par Vimalamitra et un commentaire du "Septain de Diamant" par Mipham "sur le feu". Vraiment, pas trop d'états d'âme possibles. Pousser la lime -- dans le bon sens.
Allez, que la Dâkinî dissolve nos maux de tête !

587d1ff7c740d6ca87a51f14924687cf.jpg

Commentaires

Hé ouais Patrick : nous tellons des stories en attendant d'avoir le temps d'écrire nos romans chéris qu'on a tout au dedans de nous, et qui mijotent bien au chaud.

Je ne connaissais pas la formule britiche jusqu'à il y a quelques mois quand, sur un forum, un péteux de service m'avait reproché violemment de faire du storytelling. Tu te rends compte comment que je suis con : je savais même pas de quoi il causait.

Maintenant je sais ; mais je fais comme toujours : j'écris ce que je vois avec mes deux paires d'yeux :-)))

Tout un tas d'amitié.

Écrit par : cyp | vendredi, 26 octobre 2007

Cher Cyp,
Je vais me délecter du livre de Salmon sur le "storytelling".
Gaino, la plume du Nain, a déclaré qu'il n'y avait pas de réalité mais des perceptions seulement. Cela, les chiites et les bodhisattvas le savent depuis longtemps : certains en profitent pour nuire à tout le monde, d'autres pour le contraire. Je médite en ce moment sur la perception appelée "massacre des innocents". Je déplore la réalité dont les victimes de ces massacres et ceux et celles qui les aiment souffrent perceptuellement. Ma perception de trigéminalgie + dépression est en train de virer sa cuti dans le sens de percetions beaucoup moins désagréables légèrement teintées de stakhanovisme. Noyer le poisson pour avoir le plaisir d'un vivifiant bouche-à-bouche. Bises à toi et au clan !

Écrit par : Patrick | vendredi, 26 octobre 2007

Eh bien, quel programme! Tu as de la chance que le travail prévienne tes états d'âme (l'as-tu?), ce n'est pas mon cas...
Quand j'ai découvert l'existence du Gandavyûha - il n'y a pas si longtemps- j'ai ressenti avec certitude que tu le traduirais un jour. Eh bien voilà, bravissimo, je m'en réjouis grandement et je l'attends avec impatience.

Un billet qui contient aussi, ou me suggère, de nombreux sujets passionnants, un vrai bouquet, au-delà de mes capacités à les traiter, comme par exemple le rapport entre terrorisme et storytelling (genre: mais qui donc diable a écrit le scénario du 9/11?...) ou bien aussi le selfstorytelling, ou storyselftelling ou selfstoryselftelling™, l'activité au monde la mieux partagée?

all the best

Écrit par : Xavier | vendredi, 26 octobre 2007

Et à toi, cher Xavier, mes chaleureuses salutations. Ah, quelleS histoireS !!!

Écrit par : Patrick | vendredi, 26 octobre 2007

Plein d'images, plein de plans. Je suis passionnée par ton questionnement sur la tête du terroriste vue de l'intérieur et pourquoi pas de l'extérieur, de même que d'après les efforts des limes.

En revanche, c'est peut-être pure politesse de ma part (ou trace du gras de la bêtise), mais : qui sont K.A et C.B. ?

Écrit par : Marie Gabrielle | dimanche, 28 octobre 2007

Par ailleurs, que représente la copie de Storytelling ?
Cela transforme, applaudit, divise et pousse et oblitère - où rien de ceux-là ?

Écrit par : Marie Gabrielle | dimanche, 28 octobre 2007

Chère MG, je commence à avoir envie de gerber plus j'en apprends sur le "terrorisme", ou l'art de tuer des innocents pour des raisons qui n'en sont pas. L'homme auquel je pense est un petit Ben Laden à la manque, du nom de Noordin Mohammad Top, le salaud le plus recherché de la péninsule malayo-indonésienne. Il y a bcp de doc sur lui en anglais sur le Net. Je m'étais dit qu'une fatrasie sur le foutrac en français clair et sonnant pourrait nous instruire, mais, au risque de me répéter, tout ça commence à me filer une sacrée gerbe... J'ai lu un livre de Lawrence Wright sur Ben Laden et consorts, "La guerre cachée" : notre Oussama et son Al-Qaïda sont vraiment lamentables à tous points de vue, et les hommes contre qui ils prétendent se battre, les Hosni Moubarak et autres Bush, ne valent guère mieux. C'est vraiment à désespérer.
K. A. et C. B. sont des collègues traducteurs que je suis censé "relire" et qu'en fait j'ai trop "récrits" : à présent j'en ai marre. Soit ils font leur travail, soit ils trouvent un autre "relecteur". J'en ai marre de torcher leurs textes : les miens me suffisent pour ce genre de sport.
"Pousser la lime" était, dans la bouche de l'un de mes beaux-pères, une élégante métaphore pour "travailler".
La couverture de "Storytelling", comme je te le disais : juste pour nous rappeler qu'il n'y a pas de réalité mais seulement des perceptions, celles que les "possédants" veulent fourrer dans la petite caboche des "possédés".
@ +
P

Écrit par : Patrick | dimanche, 28 octobre 2007

Whaou...

Écrit par : Marie Gabrielle | lundi, 29 octobre 2007

A propos de réalité, j'ai vu que sortait bientôt ceci :
http://www.quesaitonvraimentdelarealite-lefilm.com/
(de cette storiette là, je n'en sais rien de plus)

Écrit par : Véa | lundi, 29 octobre 2007

Salut Véa ! J'ai déjà vu un "What the bleep etc." : pas assez "sérieux", très porté sur les conclusions hâtives, fort lent et trop romantique. Mais j'ai la critique facile... BiseZatoi ! P

Écrit par : Patrick | lundi, 29 octobre 2007

j'ai vu aussi ce film quand j'estois chez les anglois: bon, c'est distrayant,
mais effectivement à ne pas prendre pour argent comptant.
Le film a été assez sérieusement critiqué outre-atlantique pour son manque
de rigueur scientifique et les liens de ses auteurs-producteurs avec une sorte de culte new-age nommé Ramtha School of Enlightenment.
Il y a un article en anglais sur Wikipedia: http://en.wikipedia.org/wiki/What_the_Bleep_Do_We_Know!%3F

Écrit par : Xavier | lundi, 29 octobre 2007

La RSE ? C'est du sérieux ! Ca commence il ya 35000 ans en Lémurie (!) et ça se poursuit par le "channeling" (=? "transe médiumnique") de Ramtha en Mme JZ Knight. Le 22 avril 1997, la Cour Suprême d'Autriche décrète que « JZ Knight est la seule personne habilitée à channeler Ramtha. » (sic). Bon, ça me fatigue. J'ai pas mal du côté de chez moi : http://annetoine.club.fr/soinsesse.html C'est sans Ramtha ni quanta mais ça doit dépoter. Je vous conseille le restaurant du Soleil d'Or à Montignac... "Kiss My Aura, Dorah!" chantait Frank Zappa. - Vous avez dit réalité ? - Yepp...

Écrit par : Patrick | mercredi, 31 octobre 2007

Il ne faut pas se moquer des vieux Lémuriens, ce sont des Êtres Sensibles aussi, en plus on ne sait jamais, ils peuvent peut-être vous coller de méchantes baffes sur le plan astral.
Rêalité? "Le samsara est ensorcelant et l'esprit est crédule" comme disait Padmasambhava, heureusement nous autres bouddhistes tibétains on est à l'abri de ce genre de fadaises - euh... à part peut-être le cas de ce grand dirigeant politico-religieux prix Nobel de la paix qui prend des décisions en se basant sur le channelling d'un esprit (Lémure?) nommé Pehar, ou de ce vidyadhara qui entre deux gorgeons de saké voyait le royaume de Shambala dans son miroir? hum je ne veux pas lancer de polémique, mais c'est vrai que ce genre de choses m'interpelle un peu (d'ailleurs Patrick il faudra que je t'en cause en privé quand tu en auras le temps)

Écrit par : Xavier | mercredi, 31 octobre 2007

C'est vrai, Xavier : Péhar là, Shambhala ici.
Je préfère les "trois diamants".
C'est vrai : mon scepticisme n'a d'égal que mon inconscience intermittente.
Peut-on se suffire de vacuité-cum-compassion, sans folklore d'aucune sorte ?
Me semble que le D.L. joue avec le médium de Péhar pour en imposer aux aristos réacs du Kashag (le "gouvernement"). Quant aux dérives du Vidyâdhara, je ne sais qu'en penser... J'ai toujours pris ses premiers textes/enseignements pour des solos de Hendrix : poésie, virtuosité, "révolution" --- les zones d'ombre font partie du paysage. Il faut se méfier de la "pureté parfaite" ; elle ne manque pas, elle aussi, de relents "fascistes", spa ?

Écrit par : Patrick | mercredi, 31 octobre 2007

Les trois diamants ? Konchok sum ?

Non, il ne s'agit pas de pureté, d'ailleurs je ne sais pas ce que c'est que la pureté.
Le "Vidyâdhara" avait parfaitement le droit de se détruire avec C2H5OH,
si ça lui plaisait. Si le DL se sert de l'oracle pour tenir son petit monde,
va bene

L'association d'idées entre Ramtha et Shambala etc à laquelle je me suis livré est une sorte d'écho des préoccupations que j'ai depuis quelque temps au sujet de certains aspects du bouddhisme tibétain. J'ai beaucoup lu récemment, du grossier ou du plus subtil, et ça me laisse perplexe. Il s'agit plus d'un problème de confiance que de pureté, et la confiance n'est-elle pas essentielle dans ce genre de véhicule?

Ce thread - déjà long et riche - se nomme "états d'âme": tu vois, j'ai rajouté les miens.

Écrit par : Xavier | jeudi, 01 novembre 2007

@X : Non non, les "trois diamants" : du corps, de la parole et de l'esprit --- que les apparences, les sons et les instants de conscience sont vides, purs, si tu veux. Mais continuons par mail... Bien à toi, P

Écrit par : Patrick | vendredi, 02 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.