Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 décembre 2007

Au John qui sait repérer les "gentils"

Je reviens de chez Isabelle qui me semble donner dans la jaille à n'en plus finir, pour la plus grande gloire de Dieu je suppose, et je ne suis pas peu fier de me retrouver cité sur sa page antibouddhiste par un poltron signant John. J'aime les sarongs de couleurs, spécialement dans les lieux de culte ; j'aime le lisse et le tiède du marbre quand dehors il fait presque 40 degrés ; j'aime la paix des hommes en prière ; j'aime bien écrire en retournant à la ligne. J'aime bien les crétins qui n'ont que haine au coeur et dérision à la bouche -- je ne les aime pas plus que les chiens aiment leur crotte, mais pas moins. Les chrétiens antibouddhistes du site d'Isabelle ont dû trop tendre l'autre joue : ils ont pris tellement de gnons qu'ils en sont devenus franchement cons. Je suis pour le renouveau du christianisme (il en a grand besoin) et contre la criminalité tant des bouddhistes que des chrétiens que des athées et même des mormons. J'écris :

sarongs de couleurs

marbre tiède

la paix



Et je retrouve ça au bout des quelque 800 "commentaires" qui font suite à la superbe note sur les "ignobles vérités du bouddhisme". Il y a le nom de l'auteur et la date. C'est très scientifique :

Ecrit par : Patrick | mardi, 04 décembre 2007

Il y a a l'adresse de mon blog et l'url de la note et du commentaire :
http://nonihil.hautetfort.com/archive/2007/11/27/dans-la-mosquee-d-amlapura.html#c2975983

Ensuite, le commentaire de "John" :

Le marbre est tiède, fin prêt pour le sacrifice!

Ils sont gentils!

Ecrit par : John | mercredi, 05 décembre 2007

Signé, comme il se doit, et daté.
Alors il me vient une folle envie de discuter :

Je voudrais bien savoir pourquoi, quand le marbre est tiède, il est "fin prêt pour le sacrifice". Quel sacrifice ? Celui de John pour les autres ? L'anonyme qui signe John (dommage pour tous mes amis John) devrait m'en dire plus. Je voudrais aussi qu'il m'explique ce qu'il y a de "poétique" dans le fait de retourner à la ligne. Et, enfin, qui sont ces "ils" qu'il trouve "gentils".

En fait je ne veux rien savoir de tout ça, mais je ne peux m'empêcher de me demander quelle mouche les a piqués, tous ces tartignoles qui déblatèrent à en perdre haleine sur le site d'Isabelle.

Je n'ai pas eu l'impression en les lisant qu'ils avaient de la compassion pour les victimes : j'ai plutôt vu qu'ils avaient grande haine et grande peur des bourreaux -- ces crétins prétendument bouddhistes. On ne redoute jamais tant la menace que celle que l'on porte au coeur.

Commentaires

tiens, un petit truc écrit hier, voir les deux derniers vers:

AU RYTHME DES COMBATS

Des rêves de propriétaires
Parcourent les couloirs du métro
Athéna a oublié la station Concorde
Où règne l'autocratie de la douceur
Peuplée de guerriers peuls
Et d'amazones au charme fou
Et les maçons réclament des truelles
Pour fignoler d'autres bunkers
Convaincus qu'ils sont dans leur sommeil
Que leur peur s'appelle danger

Écrit par : gmc | jeudi, 06 décembre 2007

Il y a de ça, j'en conviens volontiers ...

Écrit par : Patrick | jeudi, 06 décembre 2007

La question ?
Un panier de crabes.

Écrit par : Véa | vendredi, 07 décembre 2007

John m'a cité avec toi
la peur puis la haine puis la folie
peur de la poesie parce que rencontre
haine de l'autre
folie du bunker

Écrit par : Buzz l'eclair | vendredi, 07 décembre 2007

C'est une phrase énigmatique mais probablement sans aucun intérêt.
Peut-être te prend-il pour un gentil naïf qui ne se rend pas compte
qu'il sera la victime des méchants musulmans, peut-être est-ce pire...
Quand on voit la somme d'abjections proférées sur ce fil de discussion,
ceci paraît presque véniel. Je crois qu'on n'a vraiment pas à se préoccuper
de ce que racontent ces fous furieux. En tout état de cause, ils se sont
tiré dans les deux pieds, totalement discrédités eux-mêmes depuis longtemps,
bien avant même que nous n'allions visiter cet endroit.
Le mieux que nous puissions faire est de les oublier complètement, tu ne
crois pas?

Écrit par : Xavier | vendredi, 07 décembre 2007

Salut Véa, Buzz et Xavier !

Oublions !

Écrit par : Patrick | vendredi, 07 décembre 2007

Admirable chaos !

Pourquoi oublier les errements cognitifs de nos consciences ? Et qui oublerait quoi au juste ?

samsara et nirvana synonymes...

Écrit par : tonton rêveur | vendredi, 07 décembre 2007

Buvant l'eau du Léthé,
oublions l'été
l'hiver
et l'enfer du décor



Léthé (Oubli) est file d'Eris (la discorde)

Écrit par : Xavier | vendredi, 07 décembre 2007

pardon il fallait lire bien sûr; "fille d'Eris"

Écrit par : x | vendredi, 07 décembre 2007

Gentiles en latin, goyim en hébreux.
Païens.

Ne pas chercher plus loin, je crois.

Je bouffe du curé sur AgoraVox, du coup.
Ça détend.

Écrit par : cyp | vendredi, 07 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.