Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 décembre 2007

Depuis toujours il n'y a rien

Commentaires

C'est une bonne chose de le savoir...
Savoir une chose s'il n'y a rien ?
Justement.

Écrit par : cyp | mercredi, 12 décembre 2007

A l'instant sur Arte dans "voyageurs et magiciens":

- qu'y a-t-il?
- rien

Écrit par : nemo | mercredi, 12 décembre 2007

Depuis jamais il y a quelque chose

Écrit par : Buzz l'eclair | jeudi, 13 décembre 2007

Depuis toujours il n'y a que dépendance et non-substancialité

Écrit par : tonton rêveur | jeudi, 13 décembre 2007

Je ne vais pas en rajouter.
Et puis si.

Écrit par : cyp | jeudi, 13 décembre 2007

Mais où est-elle donc cette non-substantialité ?
Je la cherche et ne la trouve pas.
A quoi ressemble-t-elle ? De quelle couleur est son regard?

Écrit par : Shezang | jeudi, 13 décembre 2007

C'est le visage d'autrui.

Écrit par : Buzz l'eclair | jeudi, 13 décembre 2007

Salut les amis !

Putain que j'ai mal à la gueule, et le blues, et de sales angoisses, et cette foutue pensée de moi-même par moi-même pour moi-même qui me colle au coeur.

Je voudrais tellement que depuis toujours il n'y ait rien...

En tout cas, c'est un plaisir de vous lire, de vous savoir là. J'espère que pour vous ça va et que ce qui, apparence apparence apparence, est là, ne vous fait pas souffrir.

Tout à l'heure j'ai lu quelque chose comme ça : rêver que l'on a un enfant, rêver qu'il meurt, rêver qu'on souffre de sa mort -- puis se réveiller : il n'en était rien.

Le rêve que je vis est un cauchemar dont je ne réussis pas à me réveiller. Ma souffrance est infime par rapport à d'autres souffrances. Je le sais. Mais je n'ai pas honte de dire que j'en ai marre d'avoir mal à la tête.

Mes excuses pour ce laisser-aller !

Du fond du coeur je vous souhaite d'aller bien ! (Même si depuis toujours il n'y a rien, du moins, c'est ce que la tradition zen fait dire à Huineng, le VIe patriarche...)

Écrit par : Patrick | jeudi, 13 décembre 2007

la volonté est à l'est, patrick, écoute:

http://fr.youtube.com/watch?v=DJqm4ibWpoo#

Écrit par : gmc | jeudi, 13 décembre 2007

La volonté : merci !

Et le canard qui se suicide dans le ciel gris...

Pas de souci : ça va mieux, je m'oublie...

Juska juska juska ~~~~~~~~~~~~~~~~

Écrit par : Patrick | jeudi, 13 décembre 2007

Shezang dit :

"Mais où est-elle donc cette non-substantialité ?
Je la cherche et ne la trouve pas.
A quoi ressemble-t-elle ? De quelle couleur est son regard?"

Que tu la cherches sans la trouver : c'est ça !

Il paraîtrait que mon mal de crâne aussi (à l'est) :
en le cherchant bien, je ne le trouverai pas.

Mais je ne le cherche pas : je l'ai.

Je me trompe.

Qui trompe qui ?

Faut pas délirer !

Elise ! Au secours !

Écrit par : Patrick | jeudi, 13 décembre 2007

http://quelquesmatinsdumonde.blogspot.com/

Écrit par : gmc | jeudi, 13 décembre 2007

C'est très clean.

Écrit par : Patrick | jeudi, 13 décembre 2007

les commentaires aussi

Écrit par : gmc | jeudi, 13 décembre 2007

Oh Patrick ça me troue le coeur !
Si qu'il n'y est rien pouvait empêcher d'avoir mal au crâne!
Mais Non!
Je comprend rien à ce que dit gmc...mais il en rajoute.
Juste ça fait mal putain! Qui peut l'entendre sans en rajouter?
Z'avez les pétoches au quoi?

Et quand on cherche et qu'on ne trouve pas c'est un signe du Mahamudra !
Ca clarté embrasse toutes les couleurs même la merde dans le bleu de la mer .

Et Patrick et le professeur ? qu'est ce qu'il dit le professeur K?

Écrit par : Elise | jeudi, 13 décembre 2007

Non, Patrick, tu les as pas cherchées ces horribles douleurs.
Un neurologue insubstantialiste pourrait bien prétendre qu'au fond elles n'existent pas, qu'il n'y a là que des neurotransmetteurs en folie, des ions potassium qui s'agitent et envoient d'absurdes signaux le long de gaines de myéline et que c'est ainsi que Patrick souffre. Mais comment et où es-tu touché? Es-tu le cerveau qui reçoit ces impulsions? Comment la douleur (physique) se transforme en souffrance (morale) ? Mystère, mystère et scandale. Parce tu souffres et qu'on ne voit pas en quoi de telles considérations pourraient te soulager. On peut se dire à soi-même que sa propre souffrance est illusion, mais on ne peut pas cela à autrui. Et pourtant il paraît que soi et autrui ne sont pas distincts...? ? ?

Écrit par : shezang | vendredi, 14 décembre 2007

Si ils n' étaient pas distincts, Elise serait Shezang et c'est moi qui aurais mal au crâne; si ils étaient distincts d'où surgit ce shezang ? sinon dans ma perception et comment naît cette souffrance que je ressens ?

Quel mystère ? Il me suffit d'avoir un petit bobo pour voir comment celui ci imprégne et crée mes états d'âme.

On peut bien se le dire ou le dire aux autres ,le dire c'est rien ,mais comme un éclair déchire la nuit....

L'illusion magique est témoin de l'illusion magique,
Et l'égarement observe l'égarement
Dés lors que faire des nombreuses catégories
Telle que le "vide" et le "non vide" ?

Toute imagination est vide;
Les idée fictives sont témoin du vide.
L'imagination n'est point anéantie par le vide,
Ni le vide empêché par les imaginations

Nyoshül Khen Rinpoché
Le miroir des clefs in Le chant d'illusion

Écrit par : Elise | vendredi, 14 décembre 2007

Quand on est allumé on na rien à chercher!
Ton Mahamoudra , c'est tes neurones. Et le ciel en est plein . Tu souffres de cogitation, mais Grande Perfection c'est toujours le primitif pur esprit: dixit Longchenpa.
Maux de tête pour chercheurs avérés... tension dans le liquide céphalo rachidien.

Écrit par : clemence | vendredi, 14 décembre 2007

Tout ça, tout ça : votre compassion sera toujours plus grande que la mienne ! D'ailleurs, le singe qui écrit ceci a-t-il jamais eu ne serait-ce qu'une demie poussière de compassion ?

Allez, les enfants, je vais poursuivre la traduction/correction des "37 Stances sur la pratique du bodhisattva" de Gyalsé Ngultchou Thogmé.

Il y a du coeur, là aussi.

C'est vrai, Clémence : au fond de mon mental bourré de médocs il y a le "primitif pur esprit". J'essaie de me le rappeler sans y penser.

Soleil. Azur. Froid. Un peu de netteté.

Écrit par : Patrick | vendredi, 14 décembre 2007

Chère Elise !

Le prof. K a dit : "Mon scalpel ne peut rien pour vous.
Essayez cet antidépresseur : parfois il arrête les douleurs rebelles."
J'ai pris un tiers de la "dose de charge" : il m'a fallu 20 heures pour remettre les pieds sur terre. Je ne prendrai pas cet antidépresseur.
Merci pour ta sympathie !

Écrit par : Patrick | vendredi, 14 décembre 2007

C'est donc vrai? tes douleurs Patrick! je débarque pardon; mais la tension dans le canal rachidien çà, c'est vérifié.

Une technique simple; se pencher en arrière doucement , le plus loin possible. L'idéal est d'être assis pour le faire.

Pas sorcière, peut-être un peu amchi mélangé de rites ancestraux.

Bon courage pour tes traductions. Est -ce les 37 pratiques d'un Bodhisattva , édition Dzambala?

Bon un peu trop simpliste sans doute pour la hauteur de ce blog. oups! qu'est ce que je viens y faire.

Écrit par : clemence | vendredi, 14 décembre 2007

Deux puits
tout jour
il nie aryen

Buzz ne cherche pas
il trouve

amitiés

Écrit par : Buzz l'eclair | vendredi, 14 décembre 2007

Non non, pas Dzambala, mais Padmakara, dans deux ou trois mois. Nouvelle trad. française des Stances + commentaire de Dilgo Khyentsé R. : très inspirant, à l'aise, cool et coulant, avec beaucoup d'amour et de vacuité. Du grand mahayana tranquille.
Je vais me pencher en arrière, doucement, et voir.

Dope huit ou jour île gnard y un -- salut Buzz !

Écrit par : Patrick | vendredi, 14 décembre 2007

A la bonne heure!
Les vieux Maîtres ,y a que ça de vrai!
Puisse tu en reçevoir les douces bénédictions!

Écrit par : Elise | samedi, 15 décembre 2007

Ah, Patrick tu es une grande âme.

Un ira, nihil, ris, joue tout, puis deux, Salut Buzz et Pat!!

Écrit par : Xavier | samedi, 15 décembre 2007

Et salut aussi, Elise et Clémence, pardonnez-moi de vous oublier,
et vous tous aussi qui ne dites rien.

Écrit par : Xavier | samedi, 15 décembre 2007

Je dis rien, mais je propulse d'un plop une dodue bille d'opium du Gulistan en direction des neurones incriminés et taraudants de Patrick.

Un gouli wifi...

L'opium, c'est efficace : regarde ce que ça fait au peuple.

Je connais une mémé lotoise qui s'en concocte une décoction de têtes sèches chaque soir. Je sais pas pour le trijumeau, mais pour une colique néphrétique qui me tordait comme trente deux rages de dents, ça m'a été royal. Le velours tout d'un coup.

Non, parce qu'il n'y a pas à tortiller, déjà que dans une dent y a deux mille terminaisons nerveuses au millimètre carré (quand c'est ton dentiste qui te dit ça quand t'as la gueule ouverte, t'es mal), j'ose pas imaginer dans un trijumeau. Rien que le nom... trois fois deux, six ; fois combien ?

Y a pas de raison non plus pour que mon opium wifi ne fonctionne pas. Mais chez un bon pharmacien-herboriste (espèce rare), tu devrais trouver nettement mieux.

Et bises.

Écrit par : cyp | samedi, 15 décembre 2007

Offrandes

Pour me faire pardonner mes intrusions maladroites. En
réalité ma pauvreté intellectuelle ne dénote pas la réalité de l'esprit, n'est ce pas?
Cher Patrick. Je vous ai découvert dans votre admirable traduction du" Sûtra de l' Entrée à Lanka."

Mais je voudrais simplement vous exprimer combien je suis confuse.
http://img207.imageshack.us/my.php?image=9028379ptankasdebouddhayp4.jpg



Unité Dharma@unblog.fr ceci est mon blog.

Je ne maîtrise pas la langue française , ni l'anglaise, ni le tibétain, encore moins le chinois, seulement ce que je sais est inexprimable. Alors bien qu'ayant été trés controversée, pour fautes d'orthographe, pour incompréhensions , je continue de donner à ma manière , la compassion Innée de l'Esprit.

Écrit par : clemence | samedi, 15 décembre 2007

Le Bhaishajyaraja prend note.
Boulette d'op et tout.
Jeux.

Qu'il fait froid
quand on pense à soi !

Écrit par : Patrick | samedi, 15 décembre 2007

un vieux m'a dit
j'ai peur d'avoir froid
juste avant de partir vers les etoiles.

Écrit par : Buzz l'eclair | samedi, 15 décembre 2007

Puis le sage s'éloigna et
personne n'a pu connaître
où ni quand il mourut.

Écrit par : clemence | lundi, 17 décembre 2007

Sait-on même s'il mourut ?

Écrit par : Patrick | lundi, 17 décembre 2007

c'etait un illustre inconnu nommé Tonin


le sage de Clemence se nomme Moïse

Écrit par : Buzz l'eclair | lundi, 17 décembre 2007

Moïse n'a pas passé le jourdain.

Le Sage de clemence est resté en Tukdam

Écrit par : clemence | lundi, 17 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.