Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 02 janvier 2008

Réel

5e2ab51b183f439487367bd310c05824.jpg


D'abord, bonne et heureuse année à tous et à toutes !
Ensuite, il n'y a pas trois "r" au mot "terrasse".
Enfin, croyez-vous que ce qui est réel soit immuable et tout ce qui s'ensuit ?

Je vous le demande parce que maître Nâgârjuna et son commentateur Mipham, et tous les commentateurs intermédiaires (Bhâvaviveka, Candrakîrti, etc.) pensent que ce qui est en soi et par soi est immuable, inefficient, etc.

Ce qui n'est pas en soi et par soi est dépendant, et ce qui est dépendant n'est pas vraiment.
Ce qui n'est pas vraiment n'est qu'illusion, etc.

Donc Patrick n'a pas vraiment mal à la tête, etc.

Méditez pour moi qui ne médite jamais !

Que la joie, douce illusion, ne vous lâche plus !

Commentaires

En fait, j'ai repris mon premier jet à la lumière du commentaire de Mipham, et je le corrige abondamment. Tout cela repose sur la différence qu'il faut faire dans un premier temps entre le relativement vrai et l'absolument vrai, et sur la non-différence qui sous-tend, plus vraie que vraie, ces deux apparences du vrai.
Aujourd'hui je suis resté pas mal de temps scotché sur les concepts d'agent et d'acte. L'idée qu'un agent réel, un agent par nature, un agent en tant que tel est totalement inefficient m'a laissé longtemps rêveur. S'il existe un être en soi et par soi, une substance, comme dirait Spinoza, cet être ne peut être que Dieu. D'où ma conclusion pour ce soir, que tout est forcément Dieu. Ou plutôt, que la Nature, sinon, l'état naturel, est Dieu. Dieu peut-il avoir mal à la tête ? Quelle étonnante forme doit avoir son mal de tête !
Allez, je vous lâche la grappe...

Écrit par : Patrick | mercredi, 02 janvier 2008

Rappelez-vous que lorsque vous quittez cette terre, vous n’emportez rien de ce que vous avez reçu - uniquement ce que vous avez donné.(Saint François)

Bonne année a toi Patrick et a tous les commentateurs

Écrit par : Buzz l'eclair | jeudi, 03 janvier 2008

Un soi agent ? Oui d'une manière illusoire.
Patrick à mal à la tête. Quoi de plus naturel parce que l'identité Patrick et l'objet tête, sont des aspects du même processus élémentaire d'identification. Ce qui donne sur le plan psychologique : [ l'agent nommé] Patrick [possesseur de (son) corps] a mal à la tête. Dire que Patrick n'a pas mal à la tête, est selon cette vue, un non sens. Patrick est l'expression de la conscience du corps. C'est tout autre "chose" qui pourrait constater et dire, autrement que Patrick, "la tête est douloureuse".

Mes souhaits dharmiques.

En passant.

Écrit par : En passant | jeudi, 03 janvier 2008

"L'idée qu'un agent réel, un agent par nature, un agent en tant que tel est totalement inefficient m'a laissé longtemps rêveur."

C'est tout le charme, très sexy, des assertions nagarjuniennes ! Et pourtant, si on y réfléchit ...

Par définition même, un "agent réel", c'est-à-dire quelque chose ou quelqu'un qui agirait en soi, ou "par nature", ou disons qui serait pur et intrinsèque agissement, n'aurait plus besoin...d'agir !! Si, de surcroît, cet agent intrinsèque devait... agir... eh bien du coup, il perdrait sa qualité d'agent intrinsèque... eh oui : puisqu'il lui faudrait "en plus" agir ! Il est donc bien vrai qu'un tel agent - substantiel, donc - est totalement... inefficient.
Ou encore : si un agent "réel", substantiel, devait agir, ça ferait au total... deux agents...ce qui ne peut pas être ! C'est exactement, sauf erreur, le raisonnement que tient Nagarjuna à propos de la marche et du marcheur, dans ses stances du milieu. Avec la conclusion qu'un marcheur... ne marche pas !
Bon, tout ça est peut-être logique, mais je reconnais qu'il faut se cramponner ! Pour finir sur une note amusante, il paraît que Nagarjuna n'était pas seulement le logicien aride que l'on connaît, mais aussi un fameux loustic, qui savait se "lâcher" (en tout cas dans sa jeunesse) ! Ainsi, certaines anecdotes en marge de sa biographie officielle font allusion à certaines expéditions nocturnes dans je ne sais plus quel monastère de femmes... Bref, sur un plan relatif, ce garçon était bien vivant, pas irréel du tout !

Écrit par : Luc | jeudi, 03 janvier 2008

Tu as raison, Luc. Si la faculté visuelle, qui a pour essence de voir, est réelle (dans mon oeil, par exemple) : elle sera constamment en train de voir (je ne sais pas trop quoi), mais si je dis qu'elle voit une fleur, par exemple, patatra ! l'oeil verra ce qu'il est censé voir par essence, mais en aucun cas la fleur, ou alors dans un deuxième temps, ce qui n'est pas possible pour quelque chose qui est ce qu'il est... Ce qui est réel est éternel, immuable, inactif, etc. Je ne réussis pas à comprendre ce que cela veut dire... Soit éternel, soit instantané : rien d'éternel, mais rien d'instantané non plus. Nâgârjuna plus facile à suivre sous les jupons que dans le simple dédale de sa pensée.

Écrit par : Patrick | jeudi, 03 janvier 2008

Il y a longtemps que j’attendais cet aveu, qui tardait à s’exprimer aussi clairement, ramenant le prétendu bouddhisme de Patrick C. à un spinozisme appauvri :


« S'il existe un être en soi et par soi, une substance, comme dirait Spinoza, cet être ne peut être que Dieu. D'où ma conclusion pour ce soir, que tout est forcément Dieu. Ou plutôt, que la Nature, sinon, l'état naturel, est Dieu. »


Cela ressemble beaucoup à une déclaration de la même eau, parfaitement ridicule sous la plume de ce nâgârjunien inconséquent :


"Avec Spinoza j’admets une seule substance : Dieu, le seul être qui est, au sens fort. Et en ce sens j’ose affirmer, à titre de vérité provisoire, que l’insurpassable éveil authentique et parfait des bouddhas est un autre nom de Dieu."

On avait pu écrire s’agissant de mes pertinentes analyses :
"Concernant Patrick, vous vous méprenez vraiment en vous fixant sur une seule expression "nature divine" pour tirer des conclusions franchement à côté de la plaque." (Ecrit par : Xavier | lundi, 17 décembre 2007 )

Je constate que je ne m’étais donc pas "fixé" sur une seule déclaration isolée pour, non pas tirer des conclusions "franchement à côté de la plaque" selon
l’ expression d’un idiot volontaire, mais au contraire, et non avec une excessive rapidité, conformément à la pensée de celui qui fait appel à la "nature divine" identique à la "nature de Bouddha" en l'homme , pour asseoir une navrante dialectique substantialiste absolument non-bouddhiste.

« Il semble, toussotait encore Xavier, que par ces deux citations vous fassiez l'affront à Patrick de penser qu'il pourrait croire au « soi » - ce qui est quand même un peu gros, cela voudrait dire que Patrick serait non-bouddhiste... » (Ecrit par : Xavier | lundi, 17 décembre 2007 )


A l’évidence, la preuve en est faite ! Bonne Année !

Écrit par : Aloïs | jeudi, 03 janvier 2008

ZAKOUILLE ! J'en étais sûre! Vous venez prendre l'air?
A la bonne heure! il n'en manque pas par ici.
Mais lâchez un peu votre alphabet qui vous récite et auquel vous semblez attaché comme l'âne à son poteau d'échappement. Allez Aloïs, tombez la cravate et quittez ce rictus de mépris qui cache mal votre souffrance.
Ou je vous en roule une! Non?...Bon, bon, mais je crains pour vous que cette fois vos vociférations n'aient pas plus d'effets qu'un pet de lapin sur une toile cirée...A moins que quelques bodhisattvas ...pas fastoche !
Franchement vous me faîtes penser aux trois gars de compte-à-rebours ,vos intentions paraissent aussi tordues que les leurs, mais sans doute à trop tordre dans le sens du bien ...c'est torve !
Bonne année à vous aussi !

Écrit par : Elise | vendredi, 04 janvier 2008

né pour juger
"Grande langue" a parlé.

Écrit par : Buzz l'eclair | vendredi, 04 janvier 2008

Elise et Buzz, je ne vous le fais pas dire...

Mais méfiez-vous du "spinozisme appauvri" du prétendu bouddhiste qui vous parle ; et ne soyez pas trop navrés par la "dialectique substantialiste absolument non bouddhiste" du crétin qui signe "Patrick".

Cher Aloïs, je vous souhaite d'aller bien (mieux ?) cette année et toutes les autres ! Faites beaucoup de découvertes intéressantes et répandez vos jugements, si justes, sur toute la terre, pour que, enfin, la vérité (nous) éclate !

Écrit par : Patrick | vendredi, 04 janvier 2008

Bonne année, cher Zalkaloïde,

entre idiots volontaires, nous pourrions peut-être fonder un club?

Écrit par : Xavier | vendredi, 04 janvier 2008

Ah ben moi j'y comprends plus rien!

je croyais que Patrick C était un bouddhiste athée, et voilà t'y pas
qu'il est théiste et spinoziste appauvri (c'est vrai que ça nourrit pas
son homme, le spinozisme).

Et puis je croyais aussi que Zacharias aka Alois était un
chrétien bouddhophobe, et voilà qu'il donne des leçons de nagarjunisme!

Vraiment, le Réel n'est pas simple.

Écrit par : Spinozak | vendredi, 04 janvier 2008

Aloïs a les doigts coincés dans la porte ! Et il pense que Patrick est serrurier. Mais le bougre a pris la clé des champs... S'en allant humer l'air de la liberté en sifflotant.

L'un hurle.

L'autre ganbade.

La clé de l'histoire : lâche le concept la porte est ouverte.

Écrit par : tonton rêveur | samedi, 05 janvier 2008

Hihi !

Écrit par : Patrick | samedi, 05 janvier 2008

Fleurs
Fleurs arctiques
Pluie de fleurs le long du Yang-tsê-kiang
Fleurs offrandes de vos pensées
Fleure bon la rose et le broccoli
"Florilège" un parfum de chez Nonihil

Écrit par : Elise | lundi, 07 janvier 2008

Faudra
faudrait
aurait fallu
peut-être
tellement
un jour
un beau jour
un très beau jour
j'espère
en plein dedans
le fond
effleuré
le fond de quoi ?
le fond qui traîne
qui traîne
s'éternise
comme on voudrait
qu'il en soit autrement

merci pour ces fleurs !

Écrit par : Patrick | lundi, 07 janvier 2008

"le fond de quoi?
le fond qui traine"

le traître qui fond
dans son trou
sans fleurs

Écrit par : Buzz l'eclair | mercredi, 09 janvier 2008

Ô Buzz !

Des fleurs de fond pour toi,
des fleurs de fond pour tes étrennes,
et des éclairs qui traînent
au fond du ciel
de tous
les espoirs !

Écrit par : Patrick | jeudi, 10 janvier 2008

Les commentaires sont fermés.