Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 25 janvier 2008

Excuses

ac2c1fe9e4cf67f80d351d9c3617c4a0.jpg

Chers amis et amies,

Je vous prie d'excuser mon silence.

J'ai commencé un traitement radical
de mes névralgies
selon la sagesse médicale traditionnelle
chinoise.

Il s'avère que,
compte-tenu de tout,
je n'aie, ma vie durant,
cessé de m'empoisonner :

Les aiguilles, dit le Dr Payet,
ne serviront à rien
si vous ne vous désintoxiquez pas d'abord.

Alors je me désintoxique...
et ce n'est pas de la tarte...


(La suite à plus tard...)

Commentaires

Cher Patrick.
C'est une démarche audacieuse . J'ai confiance que bien menée et à fond elle finisse par porter ses fruits .
À tout coeur -esprit avec toi et le Dr Payet .
Tiens bon la barre, courage, patience et que tout soit propice ! §:-)

p.s :Le silence est éloquent aussi...

Écrit par : Elise | samedi, 26 janvier 2008

Avec tous mes encouragements
et au plaisir de vous relire.

Écrit par : EQ | samedi, 26 janvier 2008

Merci Elise, EQ et T'ao Ts'ien !

Écrit par : Patrick | samedi, 26 janvier 2008

legs so legs so!

Ne nous empoisonnons-nous pas tous, notre vie durant, avec le triple ou quintuple poison?

dug lnga rang grol gsol ba 'debs so

Écrit par : Shezang | dimanche, 27 janvier 2008

Je dirais même plus, cher Shezang, "puissions-nous reconnaître l'état naturel des cinq poisons dans les cinq aspects de la sagesse primordiale" !

Avec mes meilleurs voeux !

Écrit par : Patrick | dimanche, 27 janvier 2008

maux de tete
poison

guerison
aiguiller a teter les mots

Écrit par : Buzz l'eclair | lundi, 28 janvier 2008

Hey Shezang !

Ne dis plus "legs so legso", qui se prononce "lexo lexo" (lekso), car c'est lui, le salaud, qui me suractive le coeur et me donne un tinnitus (acouphène) dont je me passerais volontiers, l'insomnie relativement (con)vaincue... Mes yeux se dessillent (se dessillent-ils?) et je commence à voir. Le travail sur les "Stances" reprend. Comment rire sans hoqueter, rire mélodieusement ? Comment être par-delà l'être et ses contraires ? Je rêve de guérir. Je guérirai. Petit Patrick deviendra grand. Que de glaires en partance pour le recyclage de minuit ! Que de soleils en vacance pour la gloire d'être ici. Demain nous avons une nouvelle voiture (d'occase), la précédente ayant vilainement lâché alors que je partais pour Montpellier chez l'acupuncteur. Je repars vendredi pour Montpellier, en train et seul cette fois, pour suivre deux séances de piqûres : une contre la névralgie (26 aiguilles!) et une contre l'insomnie, l'hypertension, etc. Ce sera la deuxième séance. Guérison nette promise en trois séances, dites "symptomatiques". Ensuite on passera au "terrain" : énergie et psychologie. On terminera sur un exorcisme des "treize démons". Ce qui m'éclate le plus, ce sont les petits moxas dans l'ombilic : pour la tête... Pardon pour le délire, qui s'adressait aussi à Elise. Merci Elise pour toute ton attention et tes encouragements toujours renouvelés ! Un peu de joie, même éphénère, on ne peut pas la refuser. A tous je souhaite beaucoup de joie --- car la joie signe le passage d'un état de perfection donné à un état de perfection supérieur (si l'on en croit le "divin" Spinoza).

Écrit par : Patrick | mardi, 29 janvier 2008

Hi Buzz !

Aiguille à étêter les mots :
Mots à voler sous les oiseaux ---
Entreplumes, entremoissons :
Toujours
La quête.

Écrit par : Patrick | mardi, 29 janvier 2008

Lexo en tout est un défaut

Il m'a fallu quelque temps pour comprendre ton jeu de mots (de maux?)
Je croyais que tu incriminais le Tathagata...
Bravo pour l'odyssée montpellieraine (800 bornes AR or so?) et j'espère
bien que ça va être très bénéfique. La libération (moxa) à Montpellier?

Je suis perplexe sur cette notion de perfection qui s'améliore (je ne
connais pas du tout Spinoza). Si c'est parfait, comment cela peut-il
s'améliorer ? A moins que le progrès continuel soit lui-même
perfection? C'est pas grave, que notre joie demeure!

Écrit par : Shezang | mercredi, 30 janvier 2008

Les commentaires sont fermés.