Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 30 janvier 2008

Payet Baiye


N'est-il pas amusant que "blanche nuit" se dise (littéralement) "baiye" en chinois, et que mon docteur Ming à moi s'appelle Payet ? Ne m'en veuillez pas de vous forcer à considérer ce qui m'obsède en ce moment ! Votre aide m'est si précieuse. Infinies rencontres dans l'infini.

Commentaires

"Jamais la vérité n'entre mieux chez les rois
Que lorsque de la fable elle emprunte la voix"
t'aurait peut-être dit l'apologue Pilpay (Bidpay?).

Écrit par : Véa | jeudi, 31 janvier 2008

ce matin
nous marchons le coeur leger
l'expedition allait reussir
la boue
la jungle tropicale
derniers indices
"blanche nuit"-"baiye"

le Temple du Mot Perdu existe et nous allons le decouvrir................

Écrit par : Buzz l'eclair | jeudi, 31 janvier 2008

Au temple du Mot Perdu


La Bête se serait-elle endormie ?

Claquements d'ailes lourdes, claquements.

L'Homme enfin s'était-il tu ?

Grognements derrière la roche verte.

Las, las, tellement las d'errer sans raison,
il se laissa couler par terre, assis, enfin,
bien assis comme un danseur d'immobilité
qui sait ce qu'il fait, qui ne pense pas :

La pensée attire la souffrance et celle-ci
ronge l'apparence, la rogne, la ride,
la recroqueville : apparence à jamais
creusée d'elle-même, rien à dire pur,
rien-dit de pur ---- un milliard de regrets.

Sept fois tomber,
huit fois se relever.

Lointaines tragédies.

Écrit par : Patrick | jeudi, 31 janvier 2008

L'Homme enfin s'était-il tu ?

Homme en fin
sait il?
il?
tu?

tue le il
l'homme est Tu

Écrit par : Buzz l'eclair | vendredi, 01 février 2008

Juste un tout petit mot, Patrick .

La lecture et l'approfondissement des " Mystères essentiels de l'Entrée à Lanka" font qu'il y a "unité" entre l'esprit de fazang , le vôtre, et le mien, sans prétention évidemment.

Vite et bon rétablissement cher patrick.

Écrit par : clemence | dimanche, 03 février 2008

Résonnances inconcevables

J'ai élu la Cour Jaune au hit des intros de cette lunaison.
Enchantée j'ai poussé la porte de la maisonnette du Corps Taoïste et emprunté quelques passages avec Kristofer Shipper chez qui j'ai perçu, dans les dernières lignes du Garder l'un , des accents Bouvierien !
J'ai enfilé les perles avec au centre , en médaillon, les réflexions mystérieuses de Sengzhao sur la résonnance; la spontanéité "voilà, le secret dérobé au temps" , ce temps dont j'ai l'impression, justement ,qu'il me manque toujours plus cruellement .
Tout ça pour répéter, quelle chance extraordinaire de pouvoir lire ! C'est déjà ça.

Aujourd'hui je me demandais :quelles nouvelles du front de compte à rebours ?
Nos terroristes ont ils été exécuté ?
Leur haine est-elle " le sanglot de Satan face à la beauté du monde "?
L'union des apparences et de la vacuité trébuche sur des kain poleng ensanglantés.
Pour autant, faut pas mollir !

Porte toi bien bien !

Écrit par : Elise | dimanche, 03 février 2008

Les commentaires sont fermés.