Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 05 février 2008

L'offrande du Dragon

Programme de demain, re-traduction et annotation du ch. XII des Kârikâs de Nâgârjuna :
Selon la Connaissance transcendante qui proclame que " la souffrance est vide de souffrance ", Nâgârjuna va ici s'employer à démontrer l'irréalité de la souffrance à ceux qui croient que le soi existe puisqu'il y est sujet. Comme le Bouddha déclare que " la souffrance, ce sont les cinq agrégats d'appropriation ", si le soi n'existe pas, qui est le contenant de la souffrance, celle-ci sera impossible, de même que le fils d'une femme stérile ne peut pas tomber malade.

Commentaires

Bonjour,

Dans le ch. 12, Nagarjuna insiste sur le fait que la souffrance n'est ni plus ni moins (cf nos précédents échanges sur identité et différence) vide que les autres phénomènes.

Elle ne surgit ni de soi-même, ni d'autre chose, ni des deux à la fois, ni sans cause.

Peut-on dire pour autant qu'affirmer cela la fait disparaître ?
Ni plus ni moins que l'usage du tétralemme ne fait disparaître l'ordinateur que j'ai devant moi et le clavier sur lequel je tape.

Écrit par : herve | mardi, 05 février 2008

comment pourrait-on faire disparaitre le fils naturel d'une femme stérile?

Écrit par : yeshe | mardi, 05 février 2008

Les battements de mon coeur dans ma tête ne me prennent gravement la tête que lorsque je leur accorde grande attention. Comme si leur réalité s'intensifiait avec la saisie (sensorio-conceptuelle) dont je les gratifiais. Le svabhâva-mantra n'anéantit pas mon coussin : ce ne serait pas pratique ; il me rappelle l'unité de l'apparence-perception et de la vacuité, il m'indique comment me détacher de la croyance qui sécrète le monde et le moi : et ce détachement, qu'on le veuille ou non, est un fameux allègement du pénible fardeau de croire que l'on est.
Je ne ferai pas non plus disparaître le fils de la femme stérile : a-t-il jamais paru ?
Cela dit, ma "sérénité" n'est qu'un autre mot, de même que mon "agitation".
Faut voir (et regarder).
Merci pour votre compassion !

Écrit par : Patrick | mardi, 05 février 2008

Touuuuuuuut à fait, Yeshe, touuuuuuuut à fait !

Écrit par : herve | mardi, 05 février 2008

le dragon mord les battements de tete dans le coeur du fou

Écrit par : Buzz l'eclair | mardi, 05 février 2008

a-t-il jamais paru ?
non, comme tout ce que l'on croit

amicalement

Écrit par : yeshe | mardi, 05 février 2008

Programme pas suivi.

Dragon suivi.

Je pense aux grapheurs aux abords des gares :

Montauban, Toulouse, Sète, Montpellier...
(J'ai trouvé royale l'entrée à Cahors : le Lot était splendide.)


Tout l'arsenal des mimiques de la fille de la femme stérile ---

Écrit par : Patrick | mardi, 05 février 2008

L'esprit souffle où il veut

Wagon ! eh poète !

"Elle rend bienheureux ceux qui errent et elle réjouit les immobiles ".
C'est ce que l'on peut lire sur les gravures qui accompagnent Sara la Kali des Saintes Maries de la Mer .
On doit encore le voir tatoué sur le cuir de quelques manouches.

(Ô Toulouse ! )

Tchou tchou, dragon dort...

Écrit par : Elise | mercredi, 06 février 2008

Merci à Elise

http://saintesmaries.free.fr/histoire/sara.html

Écrit par : herve | mercredi, 06 février 2008

PERLE UN SOURIRE

Les dragons ne font pas d'offrande
Ils sont offrande
De personne à personne
Bien qu'il n'y ait personne
Pour pouvoir en témoigner
Les dragons et l'offrande
L'espace d'un clin d'oeil
Comme un éclair de jade
Dans le front nihiliste
Des arguties inutiles

Écrit par : gmc | mercredi, 06 février 2008

Griffon suivi
Je pense aux dragueurs aux abords des phares
Monte au banc to loose sept monts peut lier
j'ai trouvé royale l'entrée cahin caha : Loth etait splendide
Tout l'arsenal chimique de la fille de la femme de sel......

Écrit par : Buzz l'eclair | mercredi, 06 février 2008

Eh bien
ah bon
tiens tiens

oui
et puis
non
mais oui
mais non
si si que j'te dis

ah
c'était ça

Écrit par : Patrick | mercredi, 06 février 2008

En même temps
les mêmes battements diminuent d'intensité et la douleur éventuelle s'atténue lorsque j'y appuie mon regard intérieur

cela me fait souvent cela pour le mal de tête

seule mon incompétence m'empêche de me délivrer par cette voie de la douleur
mais j'ai vraiment le sentiment que c'est possible

alors
fixer le réel de la conscience
le dissous
ou c'est la conscience qui l'est ?

J'aime beaucoup la forme proche du koan
(c'est l'ignorant ici qui parle avec les mots dont il dispose
je sais que je suis déjà pardonné)

Écrit par : Le bateleur | mercredi, 06 février 2008

il est 3 heures
priere
dans la nuit je te suis

Écrit par : Buzz l'eclair | jeudi, 07 février 2008

Salut Patrick,

Je faisais mon petit tour d'horizon, avant de fermer la Maison... et puis je suis passée terminer par chez toi... Alors, je suis heureuse de vous retrouver, avec toutes ces limites qui vous ont rapetissé le corps (moi), la vie du tiers toujours ici pour sa tranchée, la vie qui coulée évolue... la consonne qui traîne, la voyelle ? lâchée... et le menton, troué.

J'espère que tu vas bien, et courage...

Je te mets un lien tout frais daté que j'ai nourri de ce matin, parce que la faute de frappe initiale m'y a interpellée. Ce plutôt que se... mais j'ai médité, laissé, systématisé (là, j'exagère...).

A bientôt sur Hollywood !

http://isabelledescharbinieres.hautetfort.com/archive/2008/02/04/the-french-are-miserable.html

Écrit par : Marie Gabrielle | jeudi, 07 février 2008

Salut tous !

Blanches
les nuits
se suivent
et ne se ressemblent pas

Écrit par : Patrick | jeudi, 07 février 2008

BONNE ANNEE DU RAT DE TERRE !

Écrit par : Patrick | jeudi, 07 février 2008

De bon augure !

Le Rat s'entend bien avec le Dragon dit-on .
Puisse la Terre porter d'excellents fruits !

Pendant ce temps ,Pluton entre en Capricorne :
" En théorie, la nuit du Capricorne associée au lointain Pluton se déploie dans l'impénétrable ". Dixit J.P Nicolas

L'année sera Naga et ne sera pas !

Ououh ben ça devient occulte ici !

Écrit par : Elisabête Tesscié | jeudi, 07 février 2008

bonne année du rat de terre aussi
d'un dragon de feu

Écrit par : yeshe | jeudi, 07 février 2008

Rats des villes et rats des champs . Quel concert emporté par le vent! de la langue pervertie aux murmures éoliens
Rien , rien, r i e n.

Ni dragons, dragonesses se baladant dans les marais des pensées obscurcies.

Pluton s'enfonce dans la terre du capricorne. Quelle voie ?
Dans le creux de la paume de la main ,les cinq mystères de sa résurgence. Quoiqu'il soit soi dans sa cachette, dehors dedans, du réel et de l'apparent:
"Qui osera l'égaler
Celui qui tombe dans le ni être ,ni non être
Tous les hommes voudraient quitter
Le cours de la vie ordinaire
Mais lui, après tout ça, il revient
S'asseoir parmi le charbon et les cendres.

Les cinq rangs . Sokaï Daishi, composa ce quatrain.

Bonne Année à tous les hommes.

Écrit par : clemence | vendredi, 08 février 2008

Salut Clémence (pitié !) !

"S'asseoir parmi le charbon et les cendres" : cela ne m'est plus tout à fait étranger. A la différence du Daishi, je ne fais pas ça de retour de Nâ-Kojâ-Âbâd, mais de retour seulement d'une petite prise de conscience, qui n'en a toujours pas fini, et qui me montre l'ampleur de ma petitesse, de mon inadéquation, de mon inconscience, de mon arrogance -- et j'en passe. On n'est pas à confesse : on est au monde ! Vive Dieu !

Écrit par : Patrick | samedi, 09 février 2008

Les commentaires sont fermés.