Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 février 2008

Lapindo a déjà été généreux

150151626.jpg Le ministre de la Coordination des Affaires Sociales du Peuple Aburizal Bakrie prétend que la société Lapindo Brantas a été généreuse en se proposant de payer les terrains et les maisons de la population frappée par le jaillissement de boue bien qu’elle ait été disculpée par les tribunaux.
Il est donc tout à fait naturel que les frais de rachat de trois nouveaux villages frappés par la boue reviennent au gouvernement. « Même si les tribunaux ont décidé qu’elle n’était pas en tort, la société Lapindo Brantas a continué de payer sans rien demander au gouvernement », déclare Aburizal Bakrie en sortant d’une réunion du conseil dans le bureau du Président.
Aburizal Bakrie, qui appartient à la famille qui possède la société Lapindo Brantas, répète que trois tribunaux – les tribunaux de Grande Instance de Jakarta Centre et de Jakarta Sud, de même que la Cour suprême -- ont déclaré que Lapindo Brantas était innocent. Sur cette base, d’après Aburizal Bakrie, les responsabilités se trouvent clairement définies : « A l’intérieur de la zone sinistrée, la responsabilité est celle de Lapindo Brantas ; à l’extérieur, elle revient au gouvernement. »
Pour la responsabilité de donner du terrain aux trois villages, le gouvernement prévoit un budget de 700 milliards de roupies (50 050 000 euros) sur le premier budget national révisé de 2007. Le règlement aura lieu en deux versements, l’un de 20% et l’autre de 80%. Les 20% seront débloqués en 2008.

Pour mieux comprendre, je vous suggère d'aller vous promener .

1769465978.jpg
Cliché Arief Suhardiman pour le Jakarta Post (|;-)

23:31 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : lusi

Deuxième appel en révision...

1387859512.jpgLecture du mémoire d'appel en révision : Fahmi Bahmid, membre du Groupe de Protection des Musulmans, transmet le mémoire de l'appel en révision du procès des condamnés à mort du premier attentat de Bali.

Audience pour le deuxième appel en révision du procès d'Amrozy et ses complices : le Groupe de Protection des Musulmans demande que les audiences à venir aient lieu à la maison d'arrêt de Cilacap

La première audience pour le deuxième appel en révision des condamnés à mort Amrozy et ses complices a eu lieu au tribunal de grande instance de Denpasar lundi dernier (25/2). Fahmi Bahmid, conseiller légal du Groupe de Protection des Musulmans, a insisté pour que les audiences à venir concernant l'appel en révision du procès aient lieu à la maison d'arrêt de Cilacap. Cet appel sera immédiatement adressé au président de la Cour suprême.

Même s'il requérait la délégation de l'audience, il semble que l'attitude du GPM se soit quelque peu radoucie par rapport à la première audience de requête. Si lors de l'audience précédente le GPM avait immédiatement fait sa sortie sans prendre le temps de lire le dossier de l'appel en révision, hier devant l'assemblée des juges que dirigeait IBP Madeg, c'est exactement le contraire qui s'est passé. Fahmi Bahmid s'est présenté tout seul pour lire l'intégralité du dossier.

Conformément aux objections présentées à la Cour suprême, le GPM considère qu'il y a des irrégularités dans la présentation du verdict concernant cet appel en révision. D'après les stipulations de l'article 75 des lois de la République n° 5 de 2004, il est requis de donner et de fournir une copie du verdict concernant la révision au plus tard dans les trente jours. En fait, le verdict concernant l'appel en révision a été transmis le 2 janvier alors qu'il avait été donné lecture de la première décision le 18 septembre 2007.

En ce qui concerne la requête de transfert de l'audience, le GPM se base sur l'importance de l'effectivité et de l'efficacité du processus de l'audience. Par considération pour les prisonniers détenus à la maison d'arrêt de Batu sur l'île de Nusakambangan et pour soutenir le jugement, on peut procéder simplement, rapidement et à moindres frais, il serait donc préférable que les audiences aient lieu à la maison d'arrêt de Cilacap.

Les nouvelles preuves soumises par le GPM à la Cour sont de nouveau la résolution de la Cour constitutionnelle n°013/PUU-I/2003 du 23 juillet 2004 qui déclare que la loi n° 16 de l'an 2003 sur le décret gouvernemental qui vient en remplacement de la loi n°2 de l'an 2002 sur le terrorisme est incompatible avec la Constitution de 1945. Qui plus est, la décision concernant l'appel en révision déclare aussi que la loi qui sert de base à l'audience d'Amrozy par le juge commence au premier degré jusqu'à la Cour suprême et n'a pas force de liaison.

Avant la lecture du dossier de l'appel en révision, le procureur Olopan Nainggolan a eu le temps de protester par rapport au deuxième appel avancé par le GPM. Cet homme de loi originaire de Bali remet en cause l'effectivité de cet appel en révision. Celui-ci a-t-il un rapport avec le verdict de cassation de la Cour suprême ou bien avec le verdict concernant le premier appel en révision? Dans le premier cas, aucune audience n'est nécessaire puisque le cas a été refusé par la Cour suprême en ce qui concerne l'appel en révision du procès d'Imam Samudra et de ses complices. "Cependant, explique Olopan Nainggolan, s'il est en rapport avec la décision de faire appel, aucune audience n'est encore nécessaire puisque le décret déclare qu'il n'y a pas d'appel en révision concernant un verdict sur ce genre d'appel..."

Le juge IBP Madeg déclare que, en ce qui concerne la délégation de l'audience, le juge transmettra l'attitude du 28/2.

Après l'audience d'Imam Samudra, dans la même pièce se sont succédées les audiences d'Amrozy et d'Ali Gufron. Pour Amrozy la Cour était constittuée du juge Nyoman Sutama, entouré des procureurs (JPU: jaksa penuntut umum) Wayan Suwila, Putu Suparta Jaya et Ridwan. L'audience d'Ali Gufron était dirgée par le juge Daniel Palittin, entouré des procureurs Made Sudarmawan, IB Argitha Candra et Ketut Terima.

Pour cette première audience, il n'y avait pas de surveillance spéciale. La Cour n'était protégée que par les forces "préparées de la police du secteur de la ville" (Samapta Bhayangkara Kepolisian Sektor Kota ==>Sabhara Polsek Kota) qui occupaient un coin de la pièce où avait lieu l'audience.

Personne d'autre n'a assisté à cette audience. La salle Dharmawangsa où l'audience avait lieu n'était pleine que de journalistes des médias imprimés et électroniques. De même semble-t-il que les avocats présents n'étaient là que pour voir...

Tempeh et tofou : pour le meilleur et pour le pire

1353661805.jpg
Merci Wiki pour l'image ! Article d'Erwida Maulia, traduit du Jakarta Post, 28 fév. 2008

La consommation de tempeh peut réduire le risque de démence sénile, au contraire du tofou : conclusions d'une étude réalisée par des universités anglaises et indonésiennes.

Au terme d'une étude menée en commun par l'Université d'Indonésie (UI), l'université de Respati, l'université de Loughborough et l'université d'Oxford, il semblerait que les personnes âgées de plus de 68 ans qui consomment du tofou plus de deux fois par jour aient une moins bonne mémoire que ceux qui en mangent rarement. Mais si elles mangent également du tempeh, elles risquent moins la démence sénile.

"La consommation de tempeh contrebalance très probablement les effets négatifs du tofou sur la mémoire", a déclaré le professeur Eef Hogervorst dans un séminaire sur le vieillissement et la santé au campus de l'UI à Depok où elle présentait les résultats d'une étude menée sur 712 personnes de Jakarta & Citengah, à Java-Ouest, et de Yogyakata, âgées de 52 à 99 ans, dont 68% de femmes.

Hogervorst explique que les produits à base de soja, dont les aliments traditionnels indonésiens que sont le tofou et le tempeh, ont des effets positifs sur la mémoire parce qu'ils contiennent du phytoestrogène*, lequel présente les mêmes effets que l'oestrogène.

L'oestrogène est une hormone sexuelle de la femme. Sa présence dans le sang est directement associée à la mémoire.

Les femmes les plus âgées ont deux fois plus de chance de développer un Alzheimer, le type le plus fréquent de démence sénile qui consiste en une diminution progressive des fonctions cognitives, du fait que leurs niveaux d'oestrogène baissent beaucoup plus que chez les hommes après la ménopause.

L'oestrogène améliore la mémoire de diverses manières, en améliorant par exemple l'afflux du sang au cerveau, "en modulant la production de neurotransmetteurs et de récepteurs, ou en tenant lieu d'antioxydants."

Il semblerait que l'administration d'extrait de soja à des femmes récemment ménopausées ait amélioré leurs activités cognitives, dont la mémoire et la concentration. On a observé des effets du même genre en traitant aux oestrogènes des femmes récemment ménopausées atteintes de la maladie d'Alzheimer. Ce qui n'empêche, précise le prof. Eef Hogervorst, que le traitement aux hormones appliqué aux femmes de plus de 65 ans ait augmenté le taux de démence.

"On vient quand même de découvrir que le tempeh pouvait annihiler les effets négatifs du tofou sur la mémoire. Ce qui est peut-être dû à la concentration de génistéine dans le tempeh, laquelle est deux fois plus élevée que dans le tofou, ou parce que le tempeh est riche en folate."

La génistéine est un isoflavone ou phytoestrogène, et le folate, ou acide folique, est une forme de la vitamine B9 soluble dans l'eau, nécessaire à la production et à l'entretien de nouvelles cellules.

D'après le prof. Hogervorst, l'association du tofou aux déficiences de la mémoire pourrait provenir de la présence de formaldéhyde dans le dérivé du soja. Ledit formaldéhyde a déjà tué pas mal de cellules cérébrales chez les rats... [NB: Le formaldéhyde ou méthanal ou aldéhyde formique ou formol est un désinfectant, un conservateur, etc., un cancérigène certain, un pollueur responsable de la conjonctivite etc.]

Parmi les autres nutriments susceptibles de réduire le risque de démence sénile, il faut compter la vitamine B12 et les antioxydants [ou antioxygènes -- qui empêchent l'oxydation d'autres substances chimiques, contre le stress oxydatif avec ses accidents vasculaires cérébraux et ses maladies neurodégénératives...], lesquels auront plus d'effets s'ils font partie du régime alimentaire que s'ils sont pris en comprimés.

Les personnes actives profitant d'un niveau d'éducation plus élevé sont moins sensibles à la démence, alors que les fumeurs et les buveurs entrent dans une catégorie à hauts risques. "Outre ces facteurs, les maladies ou les problèmes comme le diabète sucré, l'hypertension, un taux élevé de "mauvais cholestérol" (lipoprotéine de basse densité : risque d'athérosclérose), l'obésité et les maladies cardiovasculaires font parties des choses qui affectent négativement le cerveau."

Qu'on se le tienne pour dit !


Note

* Phytoestrogène : substance synthétisée par les plantes, dont la structure est proche des hormones femelles animales. Les principaux phytoestrogènes appartiennent à des familles de molécules appelées isoflavones et lignines. On les trouve surtout dans le soja (génistéine, dadzéine), l’origan, la réglisse, le thym, le fenouil, la camomille, les clous de girofle. Les phytoestrogènes peuvent être absorbés inchangés par l’organisme, ou donner naissance sous l’action des bactéries intestinales à de nouveaux phytoestrogènes. Tous se comportent dans l’organisme comme des hormones faibles.

19:21 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : bouffe