Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 mars 2008

Sans incertitude, où serait la liberté ?



C'est Xavier qui pose la question et moi, ballon, je rebondis.

Pourquoi faut-il toujours, d'une amertume, pimenter la liberté ?

Ne pourrait-on pas envisager la liberté la plus simple ?

Pas de celles qui interfèrent avec la liberté d'autrui, bien sûr ?

Quelque chose de clair, de vraiment simple : sans rançon à la clé.

May we find it & share it widely !

Commentaires

Je ne sais pas; j'imagine que parfaite liberté + parfaite absence
de confusion, de doute, d'incertitude, c'est le lot des Buddhas.
Mais franchement ça dépasse la capacité de mon petit ego.

Écrit par : Xavier | jeudi, 06 mars 2008

je voulais dire: la capacité de compréhension de mon petit ego,
qui ne distingue pas clairement entre incertitude et liberté.

Écrit par : Xavier | jeudi, 06 mars 2008

Il arrive qu'on se sente, s'éprouve libre, c'est-à-dire en accord, en phase avec ce qu'on fait, ce qu'on vit.

Moments en effet "sans rançon", de simple grâce, où la question de la certitude ou de l'incertitude ne se pose pas.

Écrit par : herve | jeudi, 06 mars 2008

Heu, pas trop en phase en ce moment ,mais je vous salut bien chaleureusement .

Bisoir !
@+

Écrit par : Elise | jeudi, 06 mars 2008

Porte-toi bien, Elise !

Et sois sûre de ta liberté !

(Même si moi qui te le dis
je cherche mal la mienne...)

Écrit par : Patrick | vendredi, 07 mars 2008

"La verité vous rendra libre"(Jean 8 32)

Écrit par : Buzz l'eclair | vendredi, 07 mars 2008

"Ne pourrait-on pas envisager la liberté la plus simple ?"

Laissons plutôt la liberté continuer, de la façon la plus simple, à nous "envisager" !..

Écrit par : Luc | vendredi, 07 mars 2008

La liberté c'est le libéré, la liberté c'est pas moua, elle n'existe pas...
La vérité vous rendra libre. Là est la vérité.

Écrit par : clemence | vendredi, 07 mars 2008

"Il y a un saut à faire et c'est précisément de ne pas croire. Ou bien c'est évident, ou bien ça ne l'est pas et il n'y a pas de remède. Ne pas croire que l'on va y arriver, ne pas croire que ça va aller mieux, ne pas croire que ça changera. Il n'y a qu'à ouvrir les yeux et s'ils ne s'ouvrent pas, il n'y a plus qu'à attendre, mais sans croire, attendre sans aucun espoir, c'est cela attendre."

François Roustang, "Il suffit d'un geste", p. 117

Écrit par : herve | vendredi, 07 mars 2008

Le saut de ne pas croire : un saut difficile.
On est tout le temps en train de croire ceci, cela, ou leurs contraires.
Ce qui fait qu'on n'est jamais sûr de rien, qu'on ne voit rien, qu'on ne sent rien.
(Du moins moi...)
Franchir le pas, faire le saut, ou laisser "ça" sauter.
L'évidence est indiscutable ; le reste est baratin.

Par exemple :

Je me la raconte très très noire
noire de nuit sans toi
de vie sans foi
de croix sans bois
de croissant de lune
lune noire

lune noire de l'oeuvre au blanc
l'oeuvre au blanc (au blanc d'oeuvre)
lèvre en sang
d'oeuf à blanc

crève-flanc doré
coule-mont perche-val
penche-cri j'ai mal j'ai mal
mal partout qui sent
sentiment véhément
de vivre encore un peu

après avoir si mal vécu
cinquante ans d'inconscience
il est temps de déposer
le bilan des années mortes
années mort-nées

années noires
plus noires que le noir
années mortes

grimaces

Écrit par : Patrick | vendredi, 07 mars 2008

SANS ATTENDRE

Pimenter la liberté d'un zeste d'amertume
Est symbolique d'une phase
Où tout regret des mondes de la poussière
N'est pas totalement expurgé

La liberté est sans incertitude aucune
L'incertitude étant fleur du frisson
Que d'aucuns s'offrent
En guise de croisière

La liberté la plus simple
Est offerte dès avant la naissance
Les jardiniers ensuite croient
En des floraisons gigantesque d'arômes

Écrit par : gmc | samedi, 08 mars 2008

Vive cette absolue liberté-là, gmc, et salut à toi !

Ô liberté d'avant-naître !

Ngembak geni : le feu se rallume !

Mohon maaf lahir & batin :

pardon pour mes fautes
extérieures et intérieures !

Pada masa itu, dunia sepi.
Bunyi pikiran bukan bunyi ---

Et pas de raison pour le comprendre...

Écrit par : Patrick | samedi, 08 mars 2008

Les commentaires sont fermés.