Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 mars 2008

« Sum », dicunt

J'ai volé ceci je ne sais où :

Je suis un néant dans le monde
(«Je suis un cimetière abhorré de la lune» — Baudelaire, Spleen).
Je serai un néant dans le monde
(«Je souris de la connaissance anticipée du rien
que je serai», — Pessoa, Réticences).
Je ne suis qu'une voix qui dit ce moi qui est une voix
(«je parle de qui parle qui parle je suis seul
je ne suis qu'un petit bruit j'ai plusieurs bruits en moi»
(— Tzara, l'Homme approximatif).
Je suis le corps inconnu, mais évident, corps porteur
du moi, du je, du soi.
(Il me parle de narcissisme, je lui rétorque qu'il
s'agit de ma vie — Artaud).
Je suis ce je qui est je quand il s'identifie à toi :
(«Ich bin du, wenn ich dich bin», — Celan).
Je suis ce je qui sait qu'il ne peut pas se saisir
(«I, the restlessone : the circler of circles;
Herdsman and roper of stars, who could not capture the secret of self», — Aiken, Tetelestai).

22:43 Publié dans Pierre Lucien | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : questions

Commentaires

tout cela ouvre des labyrinthes qui donnent le vertige...
et aussi:
il y a un spectacle sur (un fragment de) l'homme a^pproximatif qui tourne en ce moment

Écrit par : neige | dimanche, 09 mars 2008

Les commentaires sont fermés.