Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 mars 2008

Moins de retenue, Messieurs les Français, et plus de tenue !

Petite gueulante désespérée « pour le Tibet »

141165927.jpg


Une fois encore je ne puis que déplorer la position frileuse de la France par rapport aux exactions commises par les Chinois au Tibet. Le pays des Droits de l’Homme a-t-il le droit de laisser un géant martyriser son peuple et les peuples voisins sous prétexte de non-ingérence ? La France ne veut pas mettre en danger ses intérêts en Chine : il y aurait trop à perdre. Elle permet alors à l’Empire du Milieu de polluer la terre plus que tout autre pays et, en ne s’opposant jamais aux menées impérialistes du Dragon, elle l’encourage à opprimer non seulement le peuple chinois mais tous les peuples des Marches, à commencer par la Mongolie, le Turkménistan et le Tibet.

La « libération pacifique » du Tibet a fait près d’un million de morts et au Tibet occupé tout, sinon les montagnes, a été rasé. La population tibétaine recule devant l’invasion des colons han ; la culture, la religion et la langue tibétaines vont bientôt être réduites à néant au Tibet ; et sans la diaspora qui préserve toutes ces choses un peu partout dans le monde, le génocide culturel du Tibet serait déjà un fait accompli.

Je pense que l’expression « génocide culturel » n’est d’ailleurs qu’un triste euphémisme. On connaît l’acharnement avec lequel le gouvernement chinois, avec son armée et sa « police des frontières », s’est employé et s’emploie encore à décimer l’identité tibétaine. Si, pendant quelques décennies, le message de paix du Dalaï-lama est parvenu à contenir la violence du peuple tibétain constamment opprimé, surveillé et manipulé, il semblerait que, ces derniers jours, la colère l’ait emporté. Nous entrons peut-être dans une nouvelle ère au Tibet. Lhassa n’est plus qu’un immense bordel militaire ; dans la campagne tibétaine « détibétanisée » on crève à l’envi ; et dans toutes les régions à forte population tibétaine en dehors de la Région Autonome, comme le Qinghai (Amdo), le Sichuan et le Gansu, les Tibétains vivent dans des ghettos comme tous ceux que les plus crétins parmi les Han appellent des « minoritaires ».

La France reste muette sur cet état de fait parce qu’elle croit que les Chinois travaillent pour elle. Elle voit dans le gouvernement chinois une espèce de contre-maître surveillant les esclaves – chinois et autres – qu’elle exploite dans le cadre de la délocalisation. La France ne veut pas prendre le risque de perdre d’aussi bons cadres que ces cadres chinois qui font semblant de lui manger dans la main. Il serait pourtant grand temps de comprendre que, lorsqu’il aura ce qu’il veut, le gouvernement chinois s’appropriera tout ce qui lui plaît et chassera ceux qu’il taxera alors de « nouveaux colons » avant de leur déclarer tout simplement la guerre. Le gouvernement chinois ne veut le bien de personne, ni de son peuple, ni des autres. Plus que partout ailleurs, le pouvoir est en Chine l’instrument de l’exploitation de tous.

Honte, alors, aux pays dits développés qui cautionnent ce vampirisme ordinaire et permettent aux marchands de camelotte d’envahir le monde et de l’infecter en y répandant le mensonge et la haine !


1908345693.jpg

22:50 Publié dans Tibet & Chine | Lien permanent | Commentaires (36) | Tags : questions

Commentaires

Faible avec les durs
Dur avec les faibles.

Le courage est la vertu la plus haute
sans elle,pas de resistance

Écrit par : Buzz l'eclair | vendredi, 21 mars 2008

Aux nouvelles elle vient en courant elle va. Nous nous voyons pour les JO? Bise Vilaine fille. c pas de lypho ( en souvenir)

Écrit par : Vilaine fille!!! | vendredi, 21 mars 2008

Tibetan officials raise death toll to 99

The Associated Press , Dharamsala, India | Fri, 03/21/2008 3:28 PM |

A spokesman for Tibet's government-in-exile says 19 Tibetans have died in China's Gansu province in recent days following anti-government protests, raising the total death toll in the region to 99.

Spokesman Thuten Samphel reported the deaths Friday, but provided no details on how the 19 people died.

China says 16 people have been killed since anti-government protests turned violent in the Tibetan capital last week.

Chinese officials have accused the Dalai Lama and his supporters of organizing violent clashes in Tibet in hopes of sabotaging this summer's Beijing Olympics and promoting Tibetan independence.

The protests have been the biggest challenge in almost two decades to Chinese rule in Tibet.

Écrit par : Patrick | samedi, 22 mars 2008

Bien le bonjour depuis Bauddhanath!

(desole' pour les accents, clavier qwerty)
Ici la situation est calme, probablement un faux calme.
La semaine derniere, la police nepalaise a parait-il
reprime' des manifs tibetaines ici meme. Mais a` Paris
aussi, a` ce que j'ai entendu dire.
Quelle politique debile de la part des chinois! Mais il
semble que le monde soit de plus en plus dirige' par
des idiots brutaux.
Je fais vraiment des voeux pour que les prochaines
elections au Nepal arrivent a se tenir et ne degenerent pas, ce qui n'est pas gagne' d'avance. J'ai beaucoup de tendresse pour ce pays, et suis navre' de la voir dans cet etat.
Amities a` tous.

Écrit par : Xavier | dimanche, 23 mars 2008

Oh !
Bonne circumanbulation Xavier !
je suis pas sûre que les dirigeants soient plus brutaux et idiots qu'avant,mais les concéquences de leur (notre) idiotie sont de plus en plus abominables, du sous-sol au toit du monde...Pfff

Amitiés aussi

Écrit par : Elise | dimanche, 23 mars 2008

Namaste Xavier et Elise !

On a les chefs qu'on mérite. Et, selon ses mérites, on peut leur désobéir plus ou moins sagement. Bonne désobéissance ! Juste et noble indignation ! Moi qui suis ami tant des Chinois que des Tibétains, vous comprendrez pourquoi mon mal de tête a tant de mal à passer... Comment vont les plus hautes montagnes du monde ? Le Ganesh Himal rosit-il encore Ratna Park ? Et le grand stoûpa de Jarung Khashor, tourne-t-il autour de toi, Xavier, ou bien toi autour de lui ? Si tu vois des (touristes) Chinois à Katmandou ou à Bauddha, invite-les à partager une bière, avec toi et des Tibétains, et discutez un bon coup... Tashi délé & plongée dans la nature de l'esprit !

Écrit par : Patrick | dimanche, 23 mars 2008

Patrick :
On a les chefs qu'on mérite. Et, selon ses mérites, on peut leur désobéir plus ou moins sagement.

Hervé :
J'ai du mal avec cette notion de mérite. Les opprimés mériteraient leurs oppresseurs ?

Écrit par : herve | lundi, 24 mars 2008

Salut Hervé !

C'est une façon de parler.
"Avoir du ou des mérites", c'est, pour moi, "bien s'y prendre", "assurer", etc. J'ai moi aussi du mal avec cette notion que je ne peux pas tout à fait dissocier des "grâces" (?) du catholicisme... D'ailleurs sont-ce bien des "grâces", vous savez, ces réductions en jours, mois et années sur la durée du séjour dans le purgatoire... Ah oui, des "indulgences" ! (Je crois...) En "pur bouddhiste", je serais forcé d'admettre que les opprimés ne sont pas karmiquement pour rien dans le fait qu'ils ont des oppresseurs et vice versa. Encore une pensée qui me chagrine si elle est prise haut la jambe, genre c'est leur karma si les Hutus et les Tutsis se sont mis dessus : moi je n'y peux rien. Non, ça, c'est de la pensée de lavette, ce n'est même pas de la pensée. Or que les actes intentionnels aient non seulement des effets immédiats mais aussi des conséquences à plus ou moins long terme, c'est de la "morale" bouddhiste : c'est la "causalité karmique", à laquelle on n'est pas obligé de souscrire, si l'on n'est pas bouddhiste. Elle est là pour inciter au bien etc. Plus généralement, on parle de "mérites" ou d'"actes méritoires" pour décrire ceux qui amènent le bonheur, etc. On dit que les mérites contribuent à l'aspect "formel" de la bouddhéité et la "sagesse" (qui consiste à reconnaître la vacuité des méreites) contribue à l'aspect "absolu" (dharmakâya) de la bouddhéité. Je ne peux pas envisager le conflit tibéto-chinois hors karma, mais je ne peux pas non plus -- et c'est sûrement karmique -- ne pas m'élever contre les crimes de certains Chinois au Tibet et à propos du Tibet. J'espère que tu auras remarqué aussi, Hervé, que quand je me lamente sur le sort des Tibétains, je me lamente aussi sur le sort d'innombrables Chinois maltraités par leurs mandarins, de même que sur le sort de toutes les minorités envahies et martyrisées par le pouvoir Han, comme les Mongols, les Turkmènes, les Nossous (Yi, ou Lolos, soit 6,5 millions d'âmes dans le sud-ouest de la Chine), etc. Bien à toi, et à tous ! P ---

Écrit par : Patrick | lundi, 24 mars 2008

Patrick :
J'ai moi aussi du mal avec cette notion que je ne peux pas tout à fait dissocier des "grâces" (?) du catholicisme... D'ailleurs sont-ce bien des "grâces", vous savez, ces réductions en jours, mois et années sur la durée du séjour dans le purgatoire... Ah oui, des "indulgences" !

Hervé :
Les indulgences catholiques s'achetaient d'une façon ou d'une autre, elles n'étaient donc pas tout-à-fait hors de la notion de mérite. D'ailleurs, le moine augustinien, nommément Luther, qui s'est virulemment opposé au système des indulgences n'a pas cessé de réaffirmer la grâce contre les oeuvres : "Sola gratia, sola fide".

De façon très laïque, on pourrait dire que la grâce c'est le fait de recevoir bonheur, merdes, événements divers, à commencer par la vie elle-même, sans avoir rien demandé, donc sans mérite.
La seule question qui vaille est celle de ce qu'on répond à cela, par nos paroles et nos actes, i.e. de notre responsabilité comme _capacité de répondre à_ : "Et j'en fais quoi ?".

Quant au karma, j'aurais tendance à le comprendre comme "l'ombre portée" de nos actes, les cercles vicieux ou vertueux que nous engendrons sans le savoir : dans la fixation, les crispations de capture, nous nous cognons dans l'ignorance sur les mêmes murs en amplifiant les effets de souffrance ; mais les actes de déprise, qui "lâchent", ont aussi leurs effets multipliés et inconnus...

Écrit par : herve | lundi, 24 mars 2008

"On a les chefs qu'on mérite"

On a l'han qu'on mérite

Écrit par : Buzz l'eclair | mardi, 25 mars 2008

Si je vous suis bien , les mérites selon Patrick seraient bien si prendre, bien répondre à la grâce selon Hervé qui serait l'acceuil de ce qui est ,dont les causes au fond sont insondables.
Soudainement je pense au wu wei des vieux maîtres chinois, qui serait selon Elise ce soir, l'heureux mariage de la grâce et des mérites.
A la question "j'en fais quoi ?"
-"Wu wei "
Ce qui n'est pas une mince affaire !

C'est vrai le terme mérite gêne aux entournures, punya ne peut-il se traduire autrement ?
Je crois comprendre que l'efficace des actes méritoires dans la morale Bouddhiste repose sur l'interdépendance et la loi des ressemblances .
Mais vraiment faire le bon, le bien n'est pas si facile !

Le karma, un caillou ,plouf ! Des ronds aller-retour...
Ô, wu wei, wu wei !

Écrit par : Elise | mercredi, 26 mars 2008

Elise

A la question "j'en fais quoi ?"
-"Wu wei "
Ce qui n'est pas une mince affaire !

Hervé

Merci Elise.
Le Wu wei implique un accord avec ce qui est reçu, en être bon conducteur, au sens où l'on dit d'un matériau qu'il est conducteur d'électricité. L'agir est alors non-agir parce qu'il n'est pas impulsé, initié par "Je".

Écrit par : herve | mercredi, 26 mars 2008

Bonjour à tous !
En contexte bouddhiste, la notion de mérite n'a, à mon avis, pas grand-chose à voir avec ce qu'on entend habituellement par ce mot sur un plan ordinaire (à savoir : la quantité d'efforts consentis en vue d'obtenir ou d'accéder à quelque chose).
Cela désignerait plutôt la qualité, on pourrait dire la saveur, la coloration, ou la tonalité de l'énergie issue de nos actes et de nos paroles, et qui vient se répandre et se dissiper au sein de notre univers, ou continuum mental.
Selon que la tonalité sera positive, certaines choses très agréables et constructives seront rendues possible, dans le cas contraire...
Ceci dit, la vraie question c'est : comment se fait-il que toute l'énergie dissipée par nos actes (surtout les actes intentionnels) finit toujours par avoir un effet en retour sur nous-mêmes, ce qui est l'essence de la doctrine du karma ?
Personnellement j'ai une réponse mais c'est la vôtre, que j'aimerais entendre... si vous le voulez bien.

Écrit par : Luc | mercredi, 26 mars 2008

Luc, salut !

Je dirais que cette énergie "finit toujours par avoir un effet en retour sur nous-même" pour la simple raison que non née là, elle reste en se déployant là et elle revient là d'où elle n'est jamais partie : quant aux apparences qu'elle aura données à percevoir, elles auront la forme-couleur, le son, l'odeur, la saveur, la texture et tout le tremblement informatif des habitudes et des plis où elle se sera lovée -- comme dans un rêve qui ne quitte pas la boîte crânienne du rêveur, comme dans un miroir où tout un ciel étoilé peut se refléter.

Écrit par : Patrick | mercredi, 26 mars 2008

Meriter la médiocrité
meriter l'excellence


nul ne mérite l'injustice
le Tibet encore moins
comme dans un cauchemar qui ne quitte pas le camp du tyran,comme du haut d'un mirador où tout un ciel etoilé peut devenir noir

Écrit par : Buzz l'eclair | vendredi, 28 mars 2008

Belle réponse, Patrick, à laquelle je me permettrai de faire écho, avec ces mots :
Tant qu'il y aura des images dans un miroir capables de sauver d'autres images dans un miroir, il y aura des bouddhas pour sauver les êtres.
Tant qu'il y aura des images dans un miroir capables de proférer des paroles et perpétrer des actes à l'encontre d'autres images dans un miroir, il y aura des êtres pour subir les effets du karma.
Mais je comprends la réaction de Buzz : les reflets dans le miroir prennent parfois pour certains des airs dramatiquement objectifs... et c'est pourquoi il faut se battre en effet, à l'intérieur même du rêve, pour rendre ce rendre ce rêve plus agréable...

Écrit par : luc | vendredi, 28 mars 2008

Cher Luc !

Je me demande où est le miroir de la métaphore.
Tout à l'heure, je regardais le présent.
Je ne voyais rien.
A présent, je vois que j'écris et ce que j'écris.
Mon présent est instantané ; il n'a pas de contenu.
Je ne vois pas. Je ne dis pas "je ne vois rien". Je ne vois pas.
Le présent présent résulte du présent d'avant, qui n'est pas le passé (sauf à l'appeler ainsi).
Le futur n'existe pas.
Pas de miroir, pas de reflets.
Juste mon chat qui voudrait jouer alors qu'il faut dormir.


Stances XXV 24 :

Dans l’apaisement de toutes les réifications,
L’apaisement des proliférations, la paix,
Le Bouddha n’enseigna aucun Dharma,
Nulle part ni à personne.

Écrit par : Patrick | vendredi, 28 mars 2008

Un exposé pertinent sur le karma :

http://www.dailymotion.com/video/x1ng6r_marilyn-manson-sweet-dreams

Écrit par : herve | dimanche, 30 mars 2008

Bonjour, avant de poster des bêtises pareilles, vous feriez mieux de vous documenter un peu ... Je vous invite donc à visiter ce blog : http://mvidalie.spaces.live.com

Écrit par : Furinkazan | vendredi, 18 juillet 2008

Pour votre information, chère/cher ami/e Furinkazan, le tenancier de ce blog est un bon connaisseur de la Chine et du Tibet, qui parle ces deux langues, et qui si je ne m'abuse s'est beaucoup promené dans ces deux pays.
Par ailleurs, découvrir des documents contredisant la doxa occidentale politiquement correcte au sujet du Tibet ne signifie pas qu'on a trouvé soudainement la vérité vraie. La propagande et le mensonge existent des deux côtés. En définitive il est très difficile de voir clair sur ces sujets.
Exemple: le Tibet fait-il partie ou non de la Chine? Plus vous creuserez la question, plus vous en saurez sur le sujet, plus il vous sera difficile de trancher. En fait la réponse relève purement de l'opinion personnelle.

Écrit par : Shezang | dimanche, 20 juillet 2008

Mince alors... J'ai lu le message de Furinkazan l'autre jour, et puis je suis parti chez des amis... et là je rentre juste, et au moment où je m'apprête à lui répondre, voilà que Shezang écrit, mieux que j'aurais su le faire, à peu près ce que je pense...

Je rajouterai juste à l'intention de Furinkazan que le mieux, c'est quand même d'aller voir sur place et de passer quelque temps avec et chez des Tibétains, au Tibet.

Bon, c'est pas totalement évident par les temps qui courent, c'est vrai. Les Chinois poupounent les Tibétains comme le feraient des mères-poules. Ils ne veulent pas vraiment que nous allions au Tibet... peut-être pour mieux préserver encore la liberté du peuple tibétain.

Mais insiste un peu, Furinkaza : en leur montrant ton blog, tu parviendras sans doute à convaincre les fonctionnaires en poste à l'ambassade de Chine Populaire de te donner un visa individuel et l'autorisation de te faire héberger chez des Tibétains... C'est une grande démocratie, après tout et ils peuvent constater de visu que tu es de leur côté. Ils devraient donc te faciliter la tâche.

Après, nous pourrons en reparler.

Écrit par : cyp | dimanche, 20 juillet 2008

Vous partez du postulat que le Tibet est un pays sous occupation chinoise. C'est ce qui vous distingue de moi. Il est vrai qu'avant que les communistes n'arrivent au pouvoir en Chine, les Chinois n'étaient pas (ou peu) présent au Tibet. De la à dire que le Tibet était indépendant ... Je rappelle quand même que le Dalaï-Lama faisaient parti du gouvernement chinois à l'époque (c'était même le plus jeune qui n'ait jamais eu dans le gouvernement chinois).
De toute manière, il est ridicule aujourd'hui de parler du "Tibet libre", ceci étant impossible ! Aucun gouvernement ne peut influencer les décisions du gouvernement chinois et essayer de le faire risque de s'avérer dangereux, car certains politiques chinois commencent à critiquer l'ouverture de la Chine au monde occidental et prônent un fermeture des frontières. Ce serait catastrophique pour les Chinois de se retrouver 50 ans en arrière !
Les Chinois trouvent insultant de la part des pays occidentaux de s'immisser dans sa politique intèrieure. C'est comme si les Chinois manifestaient pour la libération de la Corse! C'est exactement la même chose pour eux.

Autre point : vous parlez de massacre, je voudrais savoir de quel massacre vous parlez. Le génocide du peuple tibétains? Il a été prouvé qu'il n'a pas eu lieu. Vint ensuite le génocide culturel qui n'a également pas existé.

Il est vrai que certains problèmes existent qui sont dûs à la corruption des fonctionnaires chinois (c'est indéniable), mais il en est de même pour toute la Chine ! Le cas tibétain n'est pas unique.

Écrit par : Furinkazan | dimanche, 20 juillet 2008

Écoute Furinkazan... mais tu n'es pas du genre à écouter...

Écoute quand-même : comme les autorités chinoises ne te donneront pas, malgré toutes tes preuves de bienveillance à leur égard, le visa individuel dont tu rêves sûrement, je te suggères d'aller vivre comme je l'ai fait quatre ans de suite, dans un patelin truffé de Tibétains : Boddhnath, au Népal.

Là, c'est facile : 850 à 1000 € de billet d'avion, et si tu es économe, tu devrais pouvoir tenir à l'aise avec 300 € par mois en louant une piaule et en faisant tes courses au marché.

Tu pourras ainsi à loisir te documenter sérieusement sur les raisons qu'ont un paquet de Tibétains de s'être exilés. Tu y verras aussi que tout n'est pas rose... et ni noir ni blanc non plus. Mais que quand même, y a un sérieux malaise et qu'ils ne font pas semblant d'être malheureux d'être envahis par les Chinois.

Après, tu peux aussi aller renforcer tes convictions en allant voir des vrais Tibétains "dans le jus", au Laddakh où j'ai longtemps travaillé. C'est une province tibétaine qui, par les hasards de la politique, s'est retrouvée du côté indien. On pourrait dire qu'ils sont tout aussi annexés que les autres... sauf qu'ils n'ont pas franchement l'air de s'en plaindre. Pourtant ils sont Indiens tout comme leurs frères sont Chinois.

Et après seulement, on en reparle quand tu veux.
Je ne discute pas avec ceux qui ne connaissent pas.

Écrit par : Amadis D. | dimanche, 20 juillet 2008

Oups : j'ai signé Amadis plus haut... mais c'est bien moi.

Ze Cyp'
:-)

Écrit par : Cyp | dimanche, 20 juillet 2008

Bien sûr que si je suis du genre à écouter :p. Dis moi, tu y es allé récemment la-bas? Parce que ce que j'en sais c'est qu'il y a un moment que les frontières de la Chine sont ouvertes ... Et sinon si je comprends bien tu as parlé à des Tibétains exilés, c'est ca ? Ils avaient quel age et en quelle année ? Merci, je reste à l'écoute :)

Écrit par : Furinkazan | dimanche, 20 juillet 2008

J'oubliais, en ce qui concerne les Tibétains indiens :

Dès le début, c'est-à-dire quand il est devenu manifeste que la révolution chinoise allait se solder par un succès en 1949, les USA ont essayé de convaincre le dalaï-lama de gagner l'exil. Ils mirent de l'argent, toute une logistique et leur propagande à sa disposition. Mais le dalaï-lama et son gouvernement voulaient que les États-Unis envoient une armée sur place comme ils l'avaient fait en Corée et ils trouvèrent donc la proposition américaine trop faible. (Modern War Studies, Kansas University, USA, 2002). En 1959, les Etats-Unis parvenaient quand même à convaincre le dalaï-lama de quitter le Tibet, mais il fallait encore convaincre l'Inde de lui accorder l'asile. Eisenhower proposait un « marché » à Nehru : l'Inde acceptait le dalaï-lama sur son territoire et les Etats-Unis octroyaient à 400 ingénieurs indiens une bourse d'études afin qu'ils s'initient à la « technologie nucléaire » aux États-Unis. Le marché fut accepté. En 1974, la première bombe A indienne fut affublée du surnom cynique de… « bouddha souriant » .

Écrit par : Furinkazan | dimanche, 20 juillet 2008

J'y suis allé l'an dernier... La première fois en 1976, et j'ai bien dû y passer une quinzaine d'années en tout. Un peu comme Patrick (qui tient ce blog). Lui, il connaît des deux côtés.

Boddhnath, c'était entre 82 et 86, en permanence. Je vivais au milieu des réfugiés. N'étant ni bouddhiste, ni rien d'autre, je pense avoir un point de vue non-partisan.

J'ai recueilli (sur K7 audio) et par écrit un nombre impressionnant de témoignages des atrocités commises par les troupes d'invasion au Tibet. Ou alors tout le monde m'a menti ou alors c'est vrai...

Nier ce qui s'est passé au Tibet entre 1948 et maintenant, c'est nier l'Holocauste des juifs. Point à la ligne.

Après, je ne dis pas que tous les Tibétains sont des angelots, mais c'est exactement à comparer au sort des Palestiniens : ils étaient chez eux (quoi qu'on puisse en dire), et se sont retrouvés envahis, opprimés, massacrés.

Je ne suis pas non plus un raciste anti-chinois. Du tout. Et l'ami Patrick non plus.

Pour les Tibétains de l'Inde, je ne parlais pas de ceux de la diaspora, installés principalement dans l'Himachal Pradesh et le Karnatakka, mais des régions ayant fait partie du Tibet historique : Laddakh, Zanskar, Lahul et Spiti. J'y ai guidé des groupes de trekkeurs pendant des années.

Je tiens beaucoup à comparer la vie des Tibétains vivant sous la coupe chinoise avec celle des "Indiens". Ce seul exemple suffit à balayer d'une pichenette la machine de propagande chinoise actuelle et ses mensonges.

Le reste n'est qu'argument à la noix. Qu'est-ce que ça peut fiche que les USA se soient mêlés de ça ? Ils se mêlent de tout, depuis longtemps, et fort mal. Et puis ils ont laissé choir les résistants tibétains comme des vieilles chaussettes, aussi...

Autre chose : les Tibétains ne sont pas les seuls à souffrir de l'invasion chinoise : dans le Sinkyang (Xijiang), c'est encore pire... etc...

Écrit par : Cyp | dimanche, 20 juillet 2008

Trés bien. Et si on en revenait à l'article en question ? Je ne remet aucunement en cause le passé, MOI, je parle du présent. C'est le même problème qu'avec le Dalaï-Lama, il vit toujours dans le passé, lorsque le régime féodal était toujours en place, lorsqu'il avait les pleins pouvoir, des terrains immenses, des richesses indécentes et des troupeaux de bétails gigantesques. C'est normal que tout dialogue est impossible avec les dirigeants chinois, il ne connais rien à la situation actuelle et à la politique en cours au Tibet.

On se demande bien pourquoi ils sont partis ... Bein tient ! c'est sûr que sous un régime communiste leur vies aurait bien changé !

Et maintenant ? On va nous dire que les enfants et petits enfants des exilés rêvent de retourner dans un pays qu'ils n'ont jamais connu ? C'est n'importe quoi !! Le problème ne se situe pas si bas, il faut regarder plus haut, regarder un peu les enjeux géopolitiques qui se jouent en ce moment. Plus personne ne souffre aujourd'hui de ce qu'il s'est passé il y a 50 ans !


Bon, bien sûr j'exagère peut être un chouilla, et comme la meilleure voie et la voie médiane, je vais quand même conclure par une parole modérée.

Deux opposants, chacun avec sa vérité,
mais ni noir ni blanc : les deux entremélés
Merde, je suis mauvais poète !! arg c terrible. Bon bref, chacun a raison et chacun a tord. De toute manière les choses ne changeront plus au Tibet.

Écrit par : Furinkazan | dimanche, 20 juillet 2008

Il existe quelqu'un de pire que le bourreau, c'est son valet.(Mirabeau)

Écrit par : Buzz l'eclair | dimanche, 20 juillet 2008

Ah Buzz...
Des fois je me demande à quoi ça sert de se décarcasser pour des prunes...
Enfin, je crois bien que je vais me mater un petit film de zombies gluants genre "Braindead", ça me détendra...
C'est les nerfs, comme disait l'autre...
Les nerfs...
:-)

Écrit par : Cyp | dimanche, 20 juillet 2008

Ouais... comment expliquer que c'était pas exactement l'enfer, le vieux Tibet...
Vaste programme !

Écrit par : Cyp | dimanche, 20 juillet 2008

Il est de bon ton de se ranger du coté des puissants et de mépriser les faibles

le vieux Tibet etait un pays merveilleux
les théocraties dérangent parce que Dieu n'est pas mort

Certains preferent les mensonges de Hu Jintao("le boucher de Lhassa") et son idéal de societé : un vaste parc d'attraction.....................

Écrit par : Buzz l'eclair | lundi, 21 juillet 2008

Merci pour la conversation !

Écrit par : Patrick | lundi, 21 juillet 2008

Salut Pitrack,

Des fois je me sens comme Winston Smith à la fin du 1984 d'Orwell : dans un café où zonent des parias détruits par l'Angsoc du Grand Frère, à siroter lentement des boissons suaves en regardant passer les proles...

Mais c'est pas ça qui m'entame le moral : nous ne sommes pas des masses dans les deux sens de l'expression et c'est tant mieux : puisqu'on ne peut changer les autres, changeons-nous :-)

Va bien !
Bises à la Ly et tontonales amitiiés à Paul.

Écrit par : Cyp | lundi, 21 juillet 2008

C'est exactement ca Cyp. D'ailleur n'appelle-t-on pas les Etats-Unis "Big Brother" ?

Écrit par : Furinkazan | lundi, 21 juillet 2008

Un article intéressant dans le Figaro (eh oui):
«Des failles dans la grande cybermuraille»
http://www.lefigaro.fr/international/2008/07/18/01003-20080718ARTFIG00004-des-failles-dans-la-grande-cybermuraille-.php
Ce qui confirme que les révoltes en Chine sont très fréquentes et que ce qui se passe au Tibet n'en diffère peut-être que par les revendications d'autonomie (mais c'est une différence de taille).

Écrit par : shezang | mardi, 22 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.