Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 juin 2008

Jama Masjid, Delhi

1530306361.jpg
129680652.JPG

Commentaires

Salut Patrick, salut tout le monde,

A propos du Dalaï Lama : il y a un mois l'ambassadeur de Chine nouvellement nommé à Paris passe au JT de 20 heures sur la Deux. Le présentateur lui demande (en substance) : c'est quoi, finalement, votre problème avec le DL ? Réponse de Son Excellence (toujours en substance) : le fait qu'il prétende représenter la réunion du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel ; pour nous, Chinois, c'est l'horreur !..
Personnellement, j'avoue que moi-même, depuis quelque temps, cette question me pèse. J'ai une grande vénération pour Sa Sainteté mais je pense que ma vénération serait plus grande encore s'il renonçait à l'une de ses deux casquettes (peu importe laquelle, d'ailleurs). Ce serait, à mon avis, un signal fort d'ouverture à la démocratie adressé pas seulement aux Chinois, mais au monde entier. Et, paradoxalement, peut-être que la "cause tibétaine" y gagnerait en audience et ferait davantage l'unanimité. Parce que, il ne faut pas se le cacher, en dépit de la personnalité hautement charismatique du DL, pour beaucoup de gens le Tibet, politiquement parlant, est un symbole de féodalisme complètement archaïque et rétrograde.

Écrit par : Luc | mercredi, 04 juin 2008

Il semblerait que le DL obéisse à un consensus voyant en lui le "responsable", plutôt que le "chef" du peuple tibétain.
Tout cela est abstrait. Il y a toutes sortes de Tibétains : ceux de la TAR, ceux des provinces chinoises limitrophes du Tibet, ceux de la diaspora. Tous se reconnaissent en lui, à l'exception des Shugdenpas, de certains "jeunes" et de certains membres du gouvernement en exil. Cette idée même de "gouvernement en exil" est vraiment une idée. D'une certainemanière, le DL est plus le chef politique unitaire des Tibétains que leur chef spirituel : chaque école du bouddhisme tibétain a ses rinpochés, ses chefs, et ceux-là voient dans le DL non leur pape mais un grand homme hors-catégories : celui qui représente le mieux les intérêts du "peuple tibétain" à l'étranger etc. Le DL ne cesse de répéter qu'il faut procéder à des élections démocratiques, mais personne ne veut sa place. Quant au gouvernement avec oracle etc., c'est un moyen traditionnel de se faire obéir par certains : ce que dit l'oracle de Nétchoung, c'est ce que le DL aurait dit lui-même, toujours...

Écrit par : Patrick | mercredi, 04 juin 2008

Les commentaires sont fermés.