Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 22 novembre 2013

Les policières indonésiennes peuvent porter le hijab

-1.jpg

Les policières indonésiennes qui le désirent pourront désormais porter le hijab, qu'elles ne perçoivent pas du tout comme un voile "islamique". Un voile musulman, certes, mais les vieilles des Pouilles ou de Sicile portent aussi des foulards systémyt(h)otématiques sur lequel je n'ai pas d'opinion particulière. Donc un voile autrement que musulman. Un voile coranique dont le port est strictement interdit aux keufettes pendant les heures de travail, aïe aïe aïe, depuis 2005, par décret du chef de la Police nationale indonésienne.

"Mes prières sont enfin exaucées", dit Evi Fatna qui est inspectrice en second à Bekasi, pas loin de Jakarta.

Le hadith : « Un jour, la belle sœur du Prophète, Asma fille d'Abu Bakr rendit visite au Prophète, tout en portant des vêtements fins (riqâq). Alors le prophète dit : Ô Asma, quand une fille est pubère, il lui sied de ne laisser voir d'elle que le visage et les deux mains »8, rapporté par le compilateur Abu Dawud, est invoqué par la majorité des théologiens sunnites, chiites et ibadites, pour justifier l'obligation de voilement. (Wikipédia)

"Symbole d'arriération" pour ses détracteurs, le hijab s'envole dans les grands fonds du regard intelligent. C'est l'homme qu'il voile, le gluant de l'homme, ou le crochu ; cercle de protection, mouchoir, éléphant, rhumatismes, c'est soudain l'hiver et les jalabib se sont reposés sur les épaules rondes sous les postes de télévision qui braillent. Finies les décapitations, ah, bien, enfin...

01:30 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Vraiment rien à dire !
Comme je vous comprends.
Comme je ne vous comprends pas.

Des passe-montagne.
Des passe-muraille.
Des passe-partout.

Ouaf x 3 !

RAF !

Écrit par : Petruk | lundi, 12 mai 2014

Les commentaires sont fermés.