Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 septembre 2006

Et pourtant "ça travaille"

medium_ninini.2.jpg

Torche-cul en mots,
culs en mots, torches mouillées.
La lumière se cabre ailleurs :
pas de pot, Monsieur le Poète !

Je rêvais Rimbaud, Flaubert,
Longchenpa --
me voici incapable de récrire
d'assez bons écrivains tibétains
bousillés avec le sourire
et autant de grimaces
par mes gentils coreligionnaires.

Putain de bordel de dieu de merde !

Le travail sera toujours le travail.

samedi, 29 juillet 2006

De la foi en l'esprit (4)

圓同太虛,無欠無餘。
[Tout] est parfait comme l'espace :
Rien ne manque, rien n'est en trop.

良由取捨,所以不如。
En adoptant [ceci] pour rejeter [cela],
On se détourne de l'ainsité.

莫逐有緣,勿住空忍。
Sans succomber aux causes de l'être,
Ne pas se figer dans la patience du vide.

一種平懷,泯然自盡。
L'unité [de tout] paisiblement au coeur :
[Tout] s'épuise en s'abolissant.




Atteindre l’absolu n’a rien de difficile :
Il suffit pour cela de refuser tout choix.

La fin de toute préférence signe
L’éclatante blancheur de la réalisation.

La plus infime différence [écarte du réel]
Aussi loin que le ciel de la terre.

Pour en faire l’expérience directe,
Il faut passer permis et interdits.

L’opposition des permis et des interdits
Est une maladie de l’esprit.

Qui ne sait à quelle fin mystérieuse
Cherchera vainement à calmer sa pensée.

[Tout] est parfait comme l'espace :
Rien ne manque, rien n'est en trop.

En adoptant [ceci] pour rejeter [cela],
On se détourne de l'ainsité.

Sans succomber aux causes de l'être,
Ne pas se figer dans la patience du vide.

L'unité [de tout] paisiblement au coeur :
[Tout] s'épuise en s'abolissant.

mercredi, 05 juillet 2006

Foi en l'esprit (3?)

medium_zhi-ji-ru-lai.jpg
欲得現前。莫存順逆。
Pour en faire l’expérience directe,
Il faut passer permis et interdits.

En ne succombant à aucun figement de pureté.

違順相爭。是為心病。
L’opposition des permis et des interdits
Est une maladie de l’esprit.

L’aspect duel, contradictoire, destructeur des idées fixes comme l’ignorance fondamentale mal digérée.

不識玄旨。徒勞念靜。
Qui ne sait à quelle fin mystérieuse
Cherchera vainement à calmer sa pensée.

Les exercices de contrôle de l’esprit ne servent à rien quand on ignore de quoi il retourne. Cruel paradoxe : on veut voir ; on est encouragé à voir ; on sait que le désordre de l’esprit voile sa pureté, mais tout cela, c’est encore un comportement de malade. Qui ne s’empoisonnerait pas à prendre constamment un puissant médicament dont il n’a pas besoin ? La « fin mystérieuse », le but, le sens, le contenu (auto-)secret de l’illumination, de la vision, de la reconnaissance – la foi, somme toute, dans la magie de l’Ouvert, est la condition d’utilité véritable de toute pratique de quiétude (calme mental) et de vision supérieure (la clarté qui couronne le calme).

Donc, pour l'instant :

Atteindre l’absolu n’a rien de difficile :
Il suffit pour cela de refuser tout choix.

La fin de toute préférence signe
L’éclatante blancheur de la réalisation.

La plus infime différence [écarte du réel]
Aussi loin que le ciel de la terre.

Pour en faire l’expérience directe,
Il faut passer permis et interdits.

L’opposition des permis et des interdits
Est une maladie de l’esprit.

Qui ne sait à quelle fin mystérieuse
Cherchera vainement à calmer sa pensée.