Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 09 novembre 2007

Une belle Târâ blanche

21 Târâs


Ayant vainement cherché sur le Net le texte tibétain de la louange à Tara, je me permets de le mettre à la disposition de ceux et celles que cela peut intéresser, en Wylie, ici.

jeudi, 25 octobre 2007

Etats d'âme

290d88d98ca0317e3cb70555a308c169.jpgQui n'a pas d'états d'âme ? De vilains états d'âme ?
Qui n'est pas fasciné par la mort, la sienne, celle des autres ?
Plutôt que penser aux horreurs de l'infection, inventons les antibiotiques.
La compassion, belle inconnue, me fait tellement défaut.
L'amour est épuisant, quoique moins que la haine et le ressentiment.
J'aimerais tellement rire comme je riais avant, tellement inconscient.
Mais ce n'est pas non plus la conscience qui me fronce les sourcils,
qui me tord le ventre : c'est le vieillissement, peut-être,
la lassitude. Plus rien de ce qui m'amusait ne m'amuse.
Le plaisir me fait si mal que j'en ai peur, et pourtant, quelle beauté
que la bonté, la grandeur, le désintéressement. Il est vrai que Nâgârjuna
me donne d'agréables frissons dans le râchis : il me permet de croire,
non, d'arrêter de croire... Il me permet tout. J'aimerais vivre assez
pour... Pour quoi ? J'aimerais tellement retourner à Bali. J'aimerais tellement
aller jusqu'au bout de ce roman-confession qui me court par la tête
en ce moment, quand je planche sur de la copie banale, de l'affreuse copie
pour "correcteur". Nous venons de recevoir le troisième et dernier volume des "Perles d'ambroisie" de Kunzang Palden -- plus de 400 pages, l'animal ! Et nous avons envoyé une nouvelle traduction du "Bodhicaryâvatâra" de Shântideva chez l'imprimeur. Je vais donc pouvoir me consacrer -- essentiellement -- aux "Stances de la Voie médiane" (Salut Elise !). Quand je dis "nous", je pense à Ly, ma douce, qui met tout ça en page, et à moi, le traducteur. Il semblerait même que je vais passer trois mois par ans sur le "Gandavyûha" ("L'entrée dans la Dimension absolue"), le 39e livre du "Soûtra de l'Avatamsaka" (le "S. des Ornements de splendeur") : 1260 feuillets à partir du chinois, plus, certainement, à partir du tibétain -- je vais le traduire du tibétain en faisant des comparaisons avec le chinois (Buddhabhadra, Shikshânanda et Prajña -- surtout ce dernier, dont la trad. est encore plus détaillée que les autres, avec tous les noms sanskrits en notes de bdp dans le Taishô...). Il me faudra quatre saisons. Dans 4 ans donc, si Dieu me prête vie jusque-là, on aura du pur visionnaire à se mettre sous la dent. Et un ou plusieurs romans... Je suis toujours aussi passionné par le terrorisme, je veux dire, par ce qui peut se passer dans la tête d'un méchant terroriste. En ce moment, j'invente, sur beaucoup de documents réels, le personnage de Nazir Mustafa T., le "calife de la terreur pancosmique", et ça grouille de scolopendres nucléaires dans mon usine à phrases. Mais je dois relire K.A., et peut-être encore C.B. : ça m'emmerde franchement, mais le travail, vous comprenez. Et ce gros texte de Dudjom R. sur les Préliminaires de "L'Essence du Coeur de la Dâkinî". Bref, même plus le temps d'avoir des états d'âme. Juste continuer de me désintoxiquer, comme vous le savez... Sinon, j'ai un commentaire du "(Tantra du) Choral du Nom de Mañjushrî" par Vimalamitra et un commentaire du "Septain de Diamant" par Mipham "sur le feu". Vraiment, pas trop d'états d'âme possibles. Pousser la lime -- dans le bon sens.
Allez, que la Dâkinî dissolve nos maux de tête !

587d1ff7c740d6ca87a51f14924687cf.jpg