Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 août 2008

Au hasard des images

CoverPaperWEEKENDER.jpg

Que de pierres bien intentionnées, bien perçues, pierres aimées !
Rentrés de la Tinée ce soir, plaisir de vous lire, de vous écrire.
Plaisir de se retrouver "chez soi". Plein de bonnes résolutions ; émerveillé d'avoir vu le monde...
Car il va falloir replonger dans les mots, les phrases, peut-être les idées.
Avec un reste d'été, la peau qui chatouille de soleil.
Gasshô !



Toujours des dilemmes !

Amrozi et ses deux comparses jouent les martyrs.
Leurs défenseurs avancent que de les tuer de plusieurs balles dans le corps est une torture.
Que la torture est interdite par la Constitution.
Ces terroristes musulmans ont été condamnés à mort en 2003 pour l’attentat d’octobre 2002 à Bali
qui a fait plus de 200 morts.
Jamais ces hommes qui prient et prétendent lutter contre l’Amérique, etc.
n’ont manifesté la moindre sympathie pour les proches de ceux et celles qu’ils ont tués.
Ils ont agi pour Dieu, les salauds : l’Indonésie, qui pratique la peine de mort,
en a déjà exécutés bien d’autres, des chrétiens de Poso, des dealers africains, etc.,
mais pas de ces cochons « protégés » par des groupes comme la Jemaah Islamiyah.
Personnellement, j’aimerais que leur condamnation à mort soit commutée en peine à vie,
leur condamnation et celle de tous les condamnés à mort d’Indonésie et d’ailleurs.
Les Balinais ne l’entendent pas comme ça ; ils sont prêts à envoyer des tueurs régler leur compte aux trois cochons, mais ceux-ci, enfermés dans les quartiers de haute sécurité de la maison d’arrêt de Batu
sur l’île de Nusa Kambangan à Java, se trouvent de ce fait sous haute protection.
Appels et révisions judiciaires ne cessent de retarder cette exécution, mais pas celle d’autres condamnés :
deux poids et deux mesures. La peur entretient l’injustice. On a le droit de tuer au nom du Dieu vengeur
et de se faire tuer au nom du Dieu d’amour. Folie. Les terroristes peuvent terroriser : si on les punit, ils seront vengés. Si on ne les punit pas, leur impunité en inspirera d’autres. Mais la mort donnée par les terroristes, aussi abjecte et pourrie soit-elle, demeure moins vaste que la mort répandue par notre libéralisme. Je ne sais pas bien m’exprimer, mais je pense que vous m’aurez compris.

22:36 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (3)

dimanche, 01 juin 2008

100 millions de roupies en l'air

JAKARTA (AP): If you're short of cash and don't mindrunning in tropical humidity and smog for a few bucks, read on.

An Indonesian businessman plans to throw 100 million rupiah (US$10,600) out of an airplane over the capital this Sunday as a publicity stunt to promote his new book.

"I want to create a rain of money in Jakarta," author and motivational speaker Tung Desem Waringin said. "It's a little bit crazy, but it's marketing."

Police spokesman Col. I Ketut Untung said authorities may not allow the plan to go forward because it could draw huge crowds and cause chaos.

Tens of millions of Indonesians live on less than US$1 a day and food and aid giveaways always draw large numbers.

The 42-year-old Tung said instead of opting for regular advertising for his book, he came up with an idea that "will make people happy."


Du Jakarta Post....

22:46 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (4)

mercredi, 23 avril 2008

Relais triste : missing gusto !

2056584743.jpg
L'actrice Luna Maya sort la flamme du stade : a-t-elle perdu ses lunettes noires ?

SOIXANT-SEIZE lampadophores
de choix -- dont Fauzi Bowo,
Taufik Hidayat, Lan Lijun,
Jero Wacik, Rita Subowo,
Adhyaksa Rault et Luna Maya --
ont fait six fois le tour du stade
Bung Karno à Senayan, Jakarta Centre.

Le ciel était gris,
et la foule absente.

Deux mille cinq cents flics
et soldats pour deux mille
cinq cents invités sur les gradins.

Pas la super-teuf pour les neuf
millions d'habitants de Jakarta !

Il a fallu obéir à l'ambassade chinoise
(le seigneur 爱国贼 Lan Lijun) qui craignait...

Bon, il y a quand même eu une petite
manif -- 200 personnes -- organisée
par le KONTRAS (Commission pour les
disparus et les victimes de la violence)
pour réclamer la justice au Tibet
aux portes du complexe sportif
de Senayan. Pacifique mais

six arrestations dont celle d'un étudiant
hollandais en stage à la Kontras,
un certain Bolte Stef Gauke, 25 ans,
qui risque l'extradition pour
"immigration violation".

La flamme est partie pour Canberra --
où les craignos continuent de craindre.

00:20 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : questions