Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 avril 2008

Sutardji Calzoum Bachri : un poème

1710648822.jpg

MAINS

il faudrait que les mains ne soient pas que des mains mais des mains qui soient bien sûr des mains pas seulement des mains mais les mains qu'il faut des mains exactes des mains qui fassent signe qui saluent

il faudrait que les mains ne soient pas un fuseau de doigts qui écrivent pour rien juste des épines qui écrivent des blessures qui essuient les yeux qui pourtant coulent sans même les calmer

même totalement amputé des mains même presque amputé des mains même amputé d'une seule main même à moitié amputé d'une main privé d'une main amputée libre d'une main amputée amputé d'une main déjà amputée

tout amputé de tout pas seulement des mains à l'heure absolue d'une main qui montre dieu sait quoi


1976

23:37 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : questions

mardi, 01 avril 2008

Tiada


22:47 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : questions

Toujours le même poème de Chairil Anwar



Chairil Anwar est né le 26 juillet 1922 à Medan, Sumatra Nord. C'était un Minangkabau (de Padang). La syphilis le tue à l'âge de 27 ans, le 28 avril 1949.

Son poème le plus connu reste "Aku" ("Moi"), qu'il aurait écrit lorsqu'il dut quitter son père qui trompait sa mère. Ce poème a été interprété comme un appel aux armes : les Indonésiens le citent ou s'en servent comme d'un appel à la révolte.

Chairil était un rebelle, incontestablement. Il vivait dans la rue, à Jakarta ; il fréquentait les gens de la haute société, et les putains. Son oncle était Premier ministre, mais jamais il ne chercha à en profiter. En fait il vivait vraiment dans la rue ou, sinon, dans la hutte construite par sa mère.

Avec Asrul Sani (cinéaste et écrivain) et Rivai Apin (éditeur, flic et contrebandier---adepte du réalisme socialiste), il fonda Génération 45 (Angkatan 45), mouvement littéraire indonésien. Angatan 45 se flattait d'employer un langage vif, bref et dépourvu d'ornements, pour défier les poètes de la génération précédente comme Sutan Takdir Alisjahbana qui recouraient encore aux modes d'énonciation traditionnels, à la rime et aux structures dérivées du pantoum (pantun).

Oeuvres:

Deru Campur Debu ("Grondements mêlés de poussière"), 1949
Kerikil Tajam Yang Terampas dan Yang Putus ("Graviers coupants : ceux qui restent et ceux qui tranchent"), 1949
A la mosquée, 1949
Tiga Menguak Takdir ("A Trois contre le destin"), 1950

Voir l'article de Tinuk Yampolsky, Poet of a Generation

21:55 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : questions