Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 février 2008

Tempeh et tofou : pour le meilleur et pour le pire

1353661805.jpg
Merci Wiki pour l'image ! Article d'Erwida Maulia, traduit du Jakarta Post, 28 fév. 2008

La consommation de tempeh peut réduire le risque de démence sénile, au contraire du tofou : conclusions d'une étude réalisée par des universités anglaises et indonésiennes.

Au terme d'une étude menée en commun par l'Université d'Indonésie (UI), l'université de Respati, l'université de Loughborough et l'université d'Oxford, il semblerait que les personnes âgées de plus de 68 ans qui consomment du tofou plus de deux fois par jour aient une moins bonne mémoire que ceux qui en mangent rarement. Mais si elles mangent également du tempeh, elles risquent moins la démence sénile.

"La consommation de tempeh contrebalance très probablement les effets négatifs du tofou sur la mémoire", a déclaré le professeur Eef Hogervorst dans un séminaire sur le vieillissement et la santé au campus de l'UI à Depok où elle présentait les résultats d'une étude menée sur 712 personnes de Jakarta & Citengah, à Java-Ouest, et de Yogyakata, âgées de 52 à 99 ans, dont 68% de femmes.

Hogervorst explique que les produits à base de soja, dont les aliments traditionnels indonésiens que sont le tofou et le tempeh, ont des effets positifs sur la mémoire parce qu'ils contiennent du phytoestrogène*, lequel présente les mêmes effets que l'oestrogène.

L'oestrogène est une hormone sexuelle de la femme. Sa présence dans le sang est directement associée à la mémoire.

Les femmes les plus âgées ont deux fois plus de chance de développer un Alzheimer, le type le plus fréquent de démence sénile qui consiste en une diminution progressive des fonctions cognitives, du fait que leurs niveaux d'oestrogène baissent beaucoup plus que chez les hommes après la ménopause.

L'oestrogène améliore la mémoire de diverses manières, en améliorant par exemple l'afflux du sang au cerveau, "en modulant la production de neurotransmetteurs et de récepteurs, ou en tenant lieu d'antioxydants."

Il semblerait que l'administration d'extrait de soja à des femmes récemment ménopausées ait amélioré leurs activités cognitives, dont la mémoire et la concentration. On a observé des effets du même genre en traitant aux oestrogènes des femmes récemment ménopausées atteintes de la maladie d'Alzheimer. Ce qui n'empêche, précise le prof. Eef Hogervorst, que le traitement aux hormones appliqué aux femmes de plus de 65 ans ait augmenté le taux de démence.

"On vient quand même de découvrir que le tempeh pouvait annihiler les effets négatifs du tofou sur la mémoire. Ce qui est peut-être dû à la concentration de génistéine dans le tempeh, laquelle est deux fois plus élevée que dans le tofou, ou parce que le tempeh est riche en folate."

La génistéine est un isoflavone ou phytoestrogène, et le folate, ou acide folique, est une forme de la vitamine B9 soluble dans l'eau, nécessaire à la production et à l'entretien de nouvelles cellules.

D'après le prof. Hogervorst, l'association du tofou aux déficiences de la mémoire pourrait provenir de la présence de formaldéhyde dans le dérivé du soja. Ledit formaldéhyde a déjà tué pas mal de cellules cérébrales chez les rats... [NB: Le formaldéhyde ou méthanal ou aldéhyde formique ou formol est un désinfectant, un conservateur, etc., un cancérigène certain, un pollueur responsable de la conjonctivite etc.]

Parmi les autres nutriments susceptibles de réduire le risque de démence sénile, il faut compter la vitamine B12 et les antioxydants [ou antioxygènes -- qui empêchent l'oxydation d'autres substances chimiques, contre le stress oxydatif avec ses accidents vasculaires cérébraux et ses maladies neurodégénératives...], lesquels auront plus d'effets s'ils font partie du régime alimentaire que s'ils sont pris en comprimés.

Les personnes actives profitant d'un niveau d'éducation plus élevé sont moins sensibles à la démence, alors que les fumeurs et les buveurs entrent dans une catégorie à hauts risques. "Outre ces facteurs, les maladies ou les problèmes comme le diabète sucré, l'hypertension, un taux élevé de "mauvais cholestérol" (lipoprotéine de basse densité : risque d'athérosclérose), l'obésité et les maladies cardiovasculaires font parties des choses qui affectent négativement le cerveau."

Qu'on se le tienne pour dit !


Note

* Phytoestrogène : substance synthétisée par les plantes, dont la structure est proche des hormones femelles animales. Les principaux phytoestrogènes appartiennent à des familles de molécules appelées isoflavones et lignines. On les trouve surtout dans le soja (génistéine, dadzéine), l’origan, la réglisse, le thym, le fenouil, la camomille, les clous de girofle. Les phytoestrogènes peuvent être absorbés inchangés par l’organisme, ou donner naissance sous l’action des bactéries intestinales à de nouveaux phytoestrogènes. Tous se comportent dans l’organisme comme des hormones faibles.

19:21 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : bouffe

lundi, 25 février 2008

En passant (109)

Petite leçon d'indonésien javanais

Mo limo (les cinq M) : les cinq péchés de la religion javanaise (kejawen), à savoir : maling, madat, madon, main & minum --- autrement dit : le vol, la défonce à l'op, le sexe ("womanizing"), le jeu & la boisson. En indonésien de Java on peut dire mo limo madat pour fumer de l'opium.

84916408.jpg
Suffit de demander et de dire merci à Wiki.

22:48 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (4)

dimanche, 24 février 2008

Nouilles de sarrasin 蕎麥

Cliché Wikipédia

Les 蕎麥 ne sont pas des 饂飩.

掛け饂飩
689979218.jpg

16:30 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (6)