Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 23 février 2008

Machine infernale


Commentaire à venir, peut-être...

00:00 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 19 février 2008

Chroniques indonésiennes

8682c6618a1e1591397aec9dfecb0782.jpg

Découverte de l'Indonésie en petites histoires vécues et racontées par un journaliste expatrié. Le quotidien, la vie, les coutumes et les faits d'actualité du plus grand archipel du monde, entre humour et dépaysement. Et quelque peu de subjectivité...
Par Jean-Baptiste Chauvin, Bogor ---

De ce livre disponible sur http://www.lulu.com/content/1221175, j'ai pu lire l'introduction et l'article sur le volcan de boue de Sidoarjo : je ne puis alors que vous le recommander.

22:50 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 13 février 2008

Teignez-moi ces clandés, et faites-les raquer !


La compagnie de chemin de fer Kereta Api Inc., Ltd. a arrêté plus de 500 passagers clandestins lundi dans quatre gares, dans le cadre de ce mois dévolu à la discipline du transport ferroviaire. Avec l’aide de la police, de l’armée et d’agents de sécurité, les employés de la compagnie ont donné aux coupables des amendes allant de 7500 Rp à 25000 Rp, ou cinq fois le prix du billet, et confisqué leurs cartes d’identité.
Neuf « roof riders » – les passagers illicites qui prennent place sur le toit des wagons – ont été arrêtés pendant l’opération. La compagnie avait menacé de doucher tous les passagers des toits avec une teinture liquide, mais cela n'a pu être réalisé que dans les gares de Manggarai et de Serpong. Dans les autres gares, les employés de la compagnie ont demandés aux passagers haut perchés de descendre pour apprendre les règles du chemin de fer avant de régler leur amende.
Akhmad Sujadi, directeur des relations publiques de la compagnie Kereta Api, a déclaré que sa compagnie reproduirait l’initiative de répandre de la teinture liquide sur les contrevenants pour les identifier.
« Nous allons déplacer les bases de l’opération dans d’autres gares ainsi que placer du personnel dans des endroits plus stratégiques pour arrêter les contrevenants de ce type », déclare Akhmad qui précise : « Ces gens-là font comme si les trains leur appartenaient. »
Le magazine Detik fait état de la teinture de six personnes à la gare de Manggarai. C’est ainsi qu’un ouvrier, deux étudiants et trois chômeurs ont dû remettre leurs cartes d’identité et signer une lettre où ils déclarent qu’ils ne commettront plus cette infraction à la loi sur les transports.
Comme, lundi après-midi, un train où s’entassaient des milliers de voyageurs quittait la gare de Djuanda, on en vit quelques-uns monter sur les toits des voitures. Dans la même gare, on a interrogé les passagers Supriyatna, âgé de 59 ans, et sa femme, Ani, qui s’étaient permis de s’installer dans la cabine du conducteur.
« Je ne savais pas que c’était interdit », dit Supriyatna. « C’est là que je me mets quand il n’y a pas de place ailleurs dans le train. En général on ne me demande pas plus de 1000 Rp pour ça, si jamais on me demande quelque chose."
Iwan, autre passager régulier, déclare que la compagnie devrait ajouter des wagons pour répondre au nombre de passagers. « Ce n’est pas que nous ne voulions pas payer », explique-t-il. « Le problème n’est pas le prix de la place. C’est simplement qu’il n’y a pas assez de place et que nous ne voulons pas arriver en retard au travail. » Iwan ajoute que, aux heures de pointe, les passagers en correspondance doivent se battre comme des chiens pour monter dans le train.
C’est le manque de place qui force les gens à s’installer dans la cabine du conducteur, à s’accrocher à une porte extérieure ou à monter sur le toit. Les vendeurs à la sauvette, les mendiants et les cabotins ne se gênent pas pour monter dans les trains : eux aussi, ils entrent dans la catégorie des passagers illicites.

D’après le Jakarta Post du 12 février 2008 : comme quoi on n’a pas tous des problèmes de haute métaphysique… Je note la phrase de M. Akhmad Sujadi, qui, elle, ne manque pas d’essentialisme : « Ces gens-là font comme si les trains leur appartenaient. » On est toujours dans l’appropiation ; on est toujours avec l’être en tant que propriétaire de tous les horizons qu’il perçoit.

14:51 Publié dans Indonésie | Lien permanent | Commentaires (0)