Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 22 février 2008

Lettre de Claire Aymes à Sarko

Je reproduis ici une lettre envoyée par une cariatide au pantin que l'on a bien voulu me communiquer et à laquelle je me joins de tout coeur :


UNE MÈRE INTERPELLE SARKOZY SUR LA DISCRIMINATION MÉMORIELLE QU’IL PLANIFIE EN CLASSE DE CM2
Par Claire Aymes

dimanche 17 février 2008 , mis en ligne par la rédaction de Montray Kreyol


Voila que, non satisfait de la glissade morale effectuée sur la peau de banane Guy Môquet qu’il s’était à lui-même étendue comme carpette, Mr Sarkozy prétend « faire en sorte que, chaque année, à partir de la rentrée scolaire 2008, tous les enfants de CM2 se voient confier la mémoire d’un des 11 000 enfants français victimes de la Shoah ».

Ma fille sera en CM2 en 2013. Elle porte en elle, de par la grâce de ses parents, la mémoire de ces milliers d’enfants, français et non français, qui au long de l’histoire humaine furent déportés, séparés des leurs, rendus orphelins, esclaves, choses sexuelles, assassinés…sur les 5 continents. Et qui le sont encore. Elle porte en elle la mémoire future de ces enfants violemment séparés de leurs parents ou familles, ici, maintenant, en France devant ses yeux de fillette de 4 ans. Elle porte en elle en tant que future femme, citoyenne, lionne au combat, la mémoire de tous ces enfants qu’elle aura vus déportés de son supposé pays de cocagne vers des univers où ils disparaissent, de tous ces enfants qui n’ont pas d’enfance, en Palestine, au Liban,... de tous ces enfants marchandés cyniquement, au nom de l’enfance, au Tchad, ailleurs…

Ma fille porte en elle tout ceci parce qu’elle est vivante. Parce qu’elle a un papa et une maman vivants auprès d’elle. Qui animent son âme autant qu’ils le peuvent de toute l’actualité de leurs combats, à sa mesure de petite fille, en lui apprenant qu’il n’y a pas de différence, entre un enfant blanc et un noir, entre un enfant juif, catholique, sikh, musulman, bouddhiste, que tout enfant a droit au bonheur d’être enfant, dans la douceur de sa famille, les câlins, le jeu, les apprentissages.

Ma fille porte en elle tout cela, et elle ne se verra pas confiée par l’école la mémoire de l’un des 11 000 enfants français victimes de la Shoah. Ce travail, qui m’est dévolu en tant que parent, et qu’il n’appartient pas à mon sens au Président de la République de choisir de faire à ma place, je l’élabore dans le respect de mon enfant, et de ce qu’est notre famille.

Il n’y a pas que la Shoah, Mr. le Président. Maints massacres furent perpétrés, maintes mémoires furent et sont encore blessées qu’il vous semble vain d’honorer, maints enfants furent déportés et assassinés, dont vous semblez faire si peu de cas, en d’autres temps tout aussi atroces que celui de la Shoah.

Quel est ce besoin que vous nous démontrez donc là, un besoin de repentance ? Ce mot que vous refusez à tout crin à ceux qui ne vous le demandent même pas, mais qui voudraient juste prononcer le mot de mémoire sans se faire éconduire ?

Qu’allez-vous donc faire dans cette galère ? Quel besoin de s’aplatir dans le vent d’une seule direction, sous les tapis du souvenir d’une seule victime ? Vous nous avez suffisament dit lorsque cela vous arrangeait que les enfants n’étaient pas comptables des fautes de leurs pères.

Ma fille ne se verra confier par vous la mémoire d’aucun enfant d’une seule confession, d’une seule déportation, d’un seul esclavage, d’un seul massacre.

Ma fille ne sera jamais l’objet de votre manipulation de l’histoire, de l’émotion, du drame humain au service de vos seuls biens et besoins personnels, politiques ou autres.

Elle ne croulera pas sous le poids de votre culpabilité ou de vos obédiences. Elle grandit libre dans sa connaissance de l’autre, des ses bonheurs et malheurs, grands et petits, auxquels nous désirons l’éveiller pour qu’elle puisse partager le poids, plus tard, avec ceux qui souffrent.

Mon enfant, nos enfants, grandissent à présent dans une France dont mes parents, humains généreux s’il en fut, auraient profondément honte . Si ma mère n’était pas morte, elle défilerait aujourd’hui du haut de ses 89 ans, pour vous faire savoir qu’il suffit.

Qu’il suffit de l’outrager.

Qu’il suffit de choisir dans les souffrances humaines celles qu’il vous agrée d’honorer et celles qu’il vous indiffère d’ignorer. Quand ce n’est pas celles qu’il vous arrange de rejeter dans de lointaines poubelles.

Qu’il suffit de gesticuler, justifiant toutes les exactions de la France dans l’Ailleurs en ne supportant pas que l’Ailleurs vienne vivre dans la France.

Qu’il suffit de faire la leçon à des enseignants sur ce qu’il convient de faire partager d’histoire à leurs élèves, alors qu’ils nous font tous les jours partager, à nous parents, la fin de l’histoire d’une éducation nationale que vous rendez exangue.

Qu’il suffit de tuer les familles, je pèse mes mots, en envoyant vos sbires arracher les portes, arracher les affaires personnelles, arracher les êtres de leur travail, arracher les hommes de leur famille, arracher les mères de leurs enfants, ce que vous faites tous les jours, ici, en France.

Quand vous offrirez de la France un autre spectacle aux yeux de nos enfants.

Quand vous cesserez de nous mettre en deuil chaque matin de l’une des qualités d’accueil, de soin, de solidarité, d’éducation, de liberté, d’égalité, de fraternité... qui devraient être la nature, l’essence, la colonne vertébrale de notre pays.

Quand vous vous préoccuperez, aussi, de ce qui se passe dans une salle de classe lorsque les maitresse malades ne sont pas remplacées, au collège lorsque les adultes si dévoués soient-ils à leur mission, n’y sont pas assez nombreux.

Quand vous proposerez à nos enfants la prise en considération de toutes les souffrances des humains à travers l’histoire, sans quantification, sans classification.

Quand vous nous aiderez véritablement à les construire dans le respect de l’autre sous les yeux d’une République exemplaire.

Quand vous tiendrez vos promesses de protéger tous les opprimés, toutes les femmes opprimées, tous les déshérités, tous les enfants déshérités...

Quand vous ferez véritablement preuve d’un courage révolutionnaire et visible en cessant les exactions, en ramenant vos chiens.

Quand vous serez capable de ne plus fabriquer visiblement et incessament un pathos bien ciblé, d’héroïsme ou de pitié, c’est tout comme, pour dissimuler la déconstruction de l’humain et de l’espoir que vous vous acharnez à promouvoir.

Quand vous serez ce que vous n’êtes pas, quand vous ne serez plus ce que vous êtes.

Je cesserai d’être en deuil de mon pays idéal.

Je cesserai de ne pouvoir plus lire les journaux et de pleurer chaque jour à la découverte des nouveaux nuages.

Un grand mal est toujours suivi d’un grand bien.

La citoyenneté profondément humaine, sincère, dévouée, invisible, muette pour l’instant, s’amplifie chaque jour qui passe avec son lot d’expulsés amis, de justes condamnés, ...

La réponse à votre action est dans cette résistance contre laquelle vous ne pouvez strictement rien.

La pensée et le coeur sont irréductibles.

Ma fille se construit, comme bien d’autres enfants, par la grâce d’adultes conscients de leur devoir d’ "êtres au monde" parmi d’autres "êtres au monde".

Ces enfants seront des adultes, nombreux et imperturbables, des lions, auxquels il incombera de développer à une échelle jamais vue les valeurs de beauté et de bonté de la vie, pêchées dans le meilleur de chacune de leurs origines, passées au tamis du métissage, cimentées entre elles par la liberté et l’empathie réunies.

Vous ne sauriez apprendre à mon enfant cela que je choisis de lui apprendre.

Son espoir et sa force sont entre les mains de son père et de sa mère.

Claire Aymes, le 14 février 2008

14:45 Publié dans Rachid Wou | Lien permanent | Commentaires (7)

mardi, 04 décembre 2007

Ecoute !

d8a1e319149e9cb9cb424abf772ab296.jpeg

Painted in Mt. Airy, Philadelphia, PA. © Me'irah Iliinsky 2005

23:30 Publié dans Rachid Wou | Lien permanent | Commentaires (6)

mercredi, 28 novembre 2007

A propos de "Mein Kampf" au Pays des Neiges

Mon ami Laurent D., historien, ne m'en voudra pas de recopier ici sa réponse à ma question sur le best-seller d'Adolf qui aurait fait les délices du grand méchant XIIIe Dalaï Lama :

Que dire sinon confesser mon ignorance, et du livre [d'Ardy Verhaegen], et du sujet [cette bouffonnerie]. Une
remarque toutefois. Il faudrait mener une enquête car ça soulève un certain
nombre de problèmes. Sachant que le DL ne parlait pas la langue de Goethe
(son auguste oreille ne l'a entendue que brièvement en 1908 lorsqu'il fut
démarché au Wutai Shan par des inchénieurs teutons qui lui fantaient la
kalité de l'outillache allemand), et qu'il ne connaissait quelques mots de
la langue de Shakespeare... Une réflexion peu soucieuse de la chronologie
pourrait laisser croire que le 13e Maître - Océan a reçu une copie de
l'ouvrage et en a fait la traduction lors du séjour de l'alpiniste Harrer et
de son collègue Aufschneiter au Pays des Neiges, ou bien encore lors du
séjour tibétain d'une mission "anthropologique" nazie vers 1938. Le hic, car
il y en a un que tu connais, le hic, donc, est que le DL était parti pour
les Terres Pures en décembre 1933. Donc, sauf l'écriture automatique, la
planchette Oui-Da, et l'aide d'un médium spécialisé dans le Tibétain, je ne
vois pas comment Thubten Gyatso aurait pu faire une traduction de l'ouvrage
à partir de sa version originale.
Reste la filière britannique.. Le livre, en deux volumes publiés
respectivement en 1925 et 1926 en Allemagne, n'a été publié outre-Manche
qu'en octobre 1933, sous une forme simplifiée (essentiellement le deuxième
volume). Sachant que le Dalai Lama était fort malade plusieurs semaines
avant son trépas, sachant que les transports étaient ce qu'ils étaient, et
qu'il ne connaissait que trois mots de langue d'Albion.... Autre solution :
un agent de la couronne britannique lui aurait fait parvenir le texte
allemand.... et l'on se heurte encore à un problème de chronologie et de
langue. Au moment de la publication allemande (1925 et 1926, donc), nous
sommes en plein divorce anglo-tibétain, la rupture est consommée, c'est du
chacun chez soi. Donc, il est impossible que le Précieux Joyau ait eu accès
à la chose. Peut-être, mais je sens pointer une légère exagération dans mon
analyse, peut-être, disais-je, que le Maître des trois temps, l'Omniscient a
eu un vision et qu'il la retranscrite...
Blague à part, c'est là toute ma science. C'est vrai qu'il y a des
tibétoclastes et autres bouddhophobes, mais n'est-ce pas le lot de tout ce
qui a été érigé en mythe que de devenir une cible ?