Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 29 avril 2006

Boum !


14:13 Publié dans Rachid Wou | Lien permanent | Commentaires (5)

Raisonnez-vous, cadavres ?

Il n'y a pas de nature propre, pas de perception,
Pas de vérité relative, pas de support :
Idées fausses pour les sots du commun
Qui raisonnent aussi mal que des cadavres.

Rien ne naît mais les non-bouddhistes
Avancent une autre thèse :
Pour eux, la naissance est réelle
Puisque les choses ne sont pas le fruit des circonstances.

Rien ne naît, donc rien n'existe :
Ce n'est pas une fiction pour les sages
Ni une thèse qu'ils soutiennent car,
Forcément existante, elle se nie elle-même.

L'homme atteint de cataracte
Croit voir des mouches volantes.
Pareilles à ces mouches, toutes choses
Sont des fictions conçues par les sots.

Les trois mondes ne sont que des désignations conventionnelles
Dont la substance n'a rien de réel.
Sur ces constructions purement temporaires
S'exerce la dialectique des idées creuses.

Toutes ces choses, ces désignations conventionnelles,
Troublent l'esprit et les consciences.
Œuvrant au-delà, les enfants des bouddhas
S'ébattent sans recourir aux fictions.

Certains voient de l'eau où il n'y en a pas :
C'est un effet du désir provoqué par la soif.
Les sots du commun croient que les choses existent :
Ce qui n'est pas le cas des êtres sublimes.

La toute-pureté que perçoivent les êtres sublimes
Naît des trois portes de la libération.
Par-delà naissance et cessation,
Ils pratiquent constamment dans la sphère sans caractéristiques.

Quand on pratique dans la sphère sans caractéristiques,
On n'est plus soumis à l'être et au non-être.
Être et non-être sont égaux,
Et ainsi naît le fruit sublime.

Comment les choses sont-elles ou bien ne sont-elles pas ?
Comment s'accomplit l'égalité ?
Quand l'esprit ne réalise pas la nature des choses,
C'est le désordre au dedans comme au dehors.

Dès qu'il la réalise, c'est l'égalité :
Le désordre peut alors prendre fin.

Lankâ, III, 14

10:50 Publié dans Rachid Wou | Lien permanent | Commentaires (4)

vendredi, 28 avril 2006

Organisation Générale de la Mort : O G M

Maintenant on ne peut plus rien dire d'inutile. Je laisse la note qui vaut son pesant de commentaires...
Pour voir comment ils ont pris la chose l’année dernière, et n’ont pas tenu compte de l’avis de ceux qu’ils avaient consulté, allez voir là : http://www.ogm.gouv.fr/experimentations/consultation_public/consultation_public.htm

Madame, Monsieur --- à qui de droit :

Je suis totalement opposé aux cultures d'OGM en plein champ.

Aucun avantage social n'existe à ce jour pour la société, les seuls avantages recensés
étant ceux des semenciers et de leurs actionnaires.

Je conteste le principe même de coexistence entre cultures OGM et non OGM, car les risques
avérés de contamination montrent suffisamment que cette coexistence est impossible et qu'elle
mènerait à une contamination généralisée conduisant notamment à la disparition des cultures
labellisées.

J'estime que la déontologie scientifique n'est pas respectée par le fait que les
organismes consultés en vue des autorisations (Commission du Génie Biomoléculaire...)
n'utilisent que les *tests toxicologiques effectués par les firmes elles-mêmes* (!). Or plusieurs
études récentes, réalisées par des chercheurs crédibles et publiées dans des revues
scientifiques, concordent pour jeter un doute sur la totale innocuité des OGM par le fait
qu'ils suscitent des effets biologiques sur des rats de laboratoire. Ces effets devraient
être plus largement étudiés pour disposer d'une réelle expertise scientifique qui se doit
d'être plurielle. Dans l'état actuel des connaissances sur la santé humaine qui sont donc
insuffisantes, c'est le *principe de précaution*, devenu constitutionnel depuis 2005, qui doit
s'appliquer.

Je suis révolté par le fait que quelques multinationales agro-semencières se servent des
OGM pour tenter de dominer la production et la distribution des semences des principales
ressources alimentaires mondiales.

Je m'oppose aux OGM en plein champ car ils vont dans le sens d'une agriculture toujours
plus productiviste en raison de la volonté des multinationales agro-semencières de
rentabiliser au maximum les quelques variétés brevetées pour lesquelles elles ont consenti
de *lourds investissements*. Ce modèle agricole basé sur la grande monoculture, très
consommateur d'énergie et d'intrants n'est ni exportable ni durable. Dopé par les OGM, il
sera encore plus destructeur de la paysannerie, de l'environnement et de la biodiversité.

Je suis donc totalement opposé aux cultures d'OGM en plein champ.